Haut conseil pour le dialogue social : « Contrairement à ce qu’on peut penser, l’institution n’est pas budgétivore » (Domba Jean-Marc Palm)

Le président du Haut conseil pour le dialogue social (HCDS), le Pr Domba Jean-Marc Palm, et son équipe, ont échangé à bâtons rompus ce vendredi 12 novembre 2021 à Ouagadougou avec les journalistes. L’objectif de cet échange était de présenter un livre retraçant l’historique de l’institution et un film documentaire de 52 minutes sur les activités menées au cours de ce premier mandat de trois ans (2018-2021).

Tour à tour, le président du Haut conseil pour le dialogue social (HCDS), le Pr Domba Jean-Marc Palm, et ses trois vice-présidents, notamment le représentant du gouvernement, Salifou Sangaré, du patronat, Jean-Baptiste Yaméogo et de celui des travailleurs, Olivier G. Ouédraogo se sont relayés pour donner tous les détails sur leur institution dont l’historique a été retracé dans un livre de 91 pages.

Parlant ainsi de sa création, il ressort que c’est une institution qui a été créée par décret en 2017 avec pour seules missions de faire baisser, entre autres, la tension dans le domaine social, désamorcer les crises et atténuer les remous sociaux. En effet, selon les explications, c’est un processus lancé depuis 1944 par l’Organisation internationale du travail (OIT) qui incitait les Etats membres à privilégier la concertation avec les organisations syndicales et patronales afin de trouver des solutions plus efficaces et durables aux problèmes du monde du travail.

Le Pr Domba Jean-Marc Palm, le président du Haut conseil pour le dialogue social du Burkina Faso

Administrativement parlant, le HCDS est placé sous la tutelle de trois structures que sont le gouvernement, le patronat et les travailleurs et il est directement rattaché à la présidence du Faso. Ce qu’il faut également savoir, c’est que le Burkina Faso n’est pas le seul pays à avoir une telle institution. La preuve en est que tous les pays de l’UEMOA ont chacune une institution sur le dialogue social et celle du Burkina Faso a été d’ailleurs l’une des dernières nées, expliquent les premiers responsables.

« Sa création en 2017 est le résultat d’un long processus ayant bénéficié d’un ensemble de facteurs favorables et de la contribution de nombreux acteurs du monde du travail. Et ce, grâce à un contexte international et sous-régional favorable mais aussi du fait des crises et changements sociopolitiques vécus à l’interne », détaillent-ils.

Concernant son budget de fonctionnement, les responsables laissent entendre que, contrairement à ce qui se dit, l’institution n’est pas budgétivore parce qu’il n’y a pas de budget alloué au HCDS mais plutôt une allocation octroyée par la présidence du Faso et l’accompagnement des partenaires. Cette allocation, selon le premier responsable de la maison, le Pr Domba Palm, est d’un montant total de 250 millions de FCFA et cela sert aux dépenses et aux salaires du personnel.

Vue des participants (journalistes)

Autre éclaircissement fait au cours de ce café-débat avec les journalistes, c’est la confusion sur le rôle du HCDS et les autres institutions comme le HCRUN, le médiateur du Faso, le ministère de la Réconciliation nationale et la cohésion sociale et autres. Selon eux, elles ne jouent pas le même rôle, parce que, chacune des institutions a un rôle précis à jouer. Celui du HCDS est dédié uniquement au monde du travail. Et selon le président, le HCDS a pour objectif d’apaiser le climat dans le monde du travail, de prévenir et réduire les crises sociales. Elle traite avec les groupes organisés et non avec les individus. En sommes, dit-il, c’est une institution au service du monde du travail.

Plusieurs activités menées malgré les défis

Durant ce premier mandat (2018-2021) de cette équipe pionnière, plusieurs activités ont été menées malgré les difficultés et les défis rencontrées, affirment les responsables du HCDS. Au titre des activités, ils ont cité, entre autres, la résolution de la crise des transporteurs, de l’éducation et autres secteurs.

Outre la résolution des crises, le HCDS a aussi contribué à la formation de plus de 300 jeunes sur le dialogue social et mené des ateliers ainsi que des séminaires au profit de plusieurs acteurs à savoir le gouvernement et le patronat. Le HCDS a par ailleurs proposé un plan de riposte contre le covid-19 au gouvernement. S’agissant des difficultés rencontrées au cours de ce 1er mandat, ils ont parlé de la question financière mais aussi de la culture du dialogue social qu’il faut inculquer aux gens.

YZ
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment