Gros coup de massue sur le groupe Bolloré au Burkina Faso: SOPAM SA a commencé à tout ramasser, les activités des filiales de Bolloré à Ouagadougou quasiment interrompues

Les activités de Bolloré Transport et Logistique Burkina Faso, Burkina Logistics and Mining Services (BLMS) et la Société nationale de transit du Burkina (SNTB) sont quasiment interrompues actuellement. Le bras de fer judiciaire opposant SOPAM SA de l’homme d’affaires burkinabè, Pangueba Mohamed Sogli à SAGATRANS, filiale du groupe Bolloré, dans le cadre du transport de la centrale électrique de Komsilga, a pris une autre tournure.

En effet, les saisies à titre conservatoire intervenues le 14 juin 2021 au sein de la Société d’exploitation du terminal de Ouagadougou (SETO) à la gare ferroviaire et au siège de la Société nationale de transit du Burkina (SNTB) ont été converties en saisies vente depuis le 1er juillet 2021.

Etant donné que les filiales de Bolloré au Burkina Faso, qui font l’objet de condamnation à payer plus de 14 milliards F CFA, n’ont pas daigné négocier ni donné une quelconque suite aux injonctions, l’heure est maintenant à l’enlèvement des biens meubles. Depuis le 03 août 2021, SOPAM SA a usé du droit que lui confère la justice, en pareille situation, pour tout ramasser sur les installations et dans les locaux de Bolloré Transport et Logistique Burkina Faso, Burkina Logistics and Mining Services (BLMS) et la Société nationale de transit du Burkina (SNTB).

Des engins, des machines, des élévateurs de grue, des véhicules, des chariots, des serveurs ont pu être ainsi enlevés. L’opération continue et va s’étendre aux différents bureaux des filiales. Ces enlèvements ont d’emblée mis le personnel des entreprises concernées au chômage.

Netafrique

Related posts

Leave a Comment