Grève des chauffeurs : Les transporteurs routiers se démarquent du mouvement

Les chauffeurs routiers ont entamé, ce mardi 2 avril 2019, une grève illimitée pour protester contre la « désignation de Maïga Issouf pour diriger la faitière des routiers ». Ce mouvement occasionne du désordre sur les axes routiers. Au cours d’une conférence de presse animée ce mercredi 3 avril 2019, les transporteurs routiers se sont démarqués du mouvement. Ils appellent, par ailleurs, le gouvernement à prendre ses responsabilités pour rétablir l’ordre.

Les transporteurs routiers ne sont pas contents des chauffeurs qui sont en grève illimitée depuis ce mardi 2 avril 2019 pour protester principalement contre le choix supposé d’Issouf Maïga, président de l’Organisation des transporteurs du Faso (OTRAF), pour diriger la Faîtière unique des transporteurs routiers du Burkina (FUTRB).

Pour se faire entendre, ces chauffeurs routiers ont pris d’assaut certains axes, notamment dans les périphéries de la ville de Ouagadougou, occasionnant, par endroit des bouchons. Ce mouvement n’est pas du goût des syndicats, associations et groupements des transporteurs routiers du Burkina qui ont tenu à le faire savoir.

« Ce que nous pouvons dire sur la situation actuelle, c’est qu’elle est l’œuvre d’individus non identifiés car aucun des 18 syndicats, associations et groupements de transporteurs existant dans notre pays, n’est concerné par ces mouvements qui portent atteintes à la libre circulation de nos braves populations, et paralysent les activités socio-économiques du Burkina », a regretté d’entrée Bonaventure Kéré, porte-parole des transporteurs routiers.

« Ce n’est pas aux chauffeurs de désigner le président de notre association »

Le point d’achoppement entre les deux entités reste le choix du président de la FUTRB, une structure qui sera mise en place dans les prochains jours. Et selon les conférenciers, il n’appartient pas aux chauffeurs de décider de qui doit diriger la structure des transporteurs. « Il faut comprendre une chose. Les chauffeurs sont des employés et ce n’est pas à eux de choisir qui doit présider la FUTRB qui regroupe les transporteurs. Les chauffeurs n’ont pas de souci lorsqu’à la fin du mois leurs salaires sont payés. Mais les transporteurs ont des soucis pour payer leurs salaires, rembourser les crédits qu’ils ont contractés pour acheter les camions et bien d’autres », a tenu à préciser le principal conférencier.

Appel au gouvernement…

Pour mettre fin à cette cacophonie née de la grève, les conférenciers s’en remettent au gouvernement. « Aussi par notre voix, nous en appelons à nos autorités afin que ces individus soient mis hors d’état de nuire, radicalement et définitivement pour le bonheur de tous », a indiqué Bonaventure Kéré.

Même si l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) se désolidarise aussi de ce mouvement d’humeur, les responsables appellent au dialogue pour une issue acceptée par tous. Seront-ils entendus ? Les prochaines heures nous le diront.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net 

Related posts

Leave a Comment