Grève à la Poste : « S’il part à 10h, nous reprenons le travail à 11h », clame un agent à propos du directeur général

Les agents de la Poste ne décolèrent pas. Ils veulent toujours la tête de leur directeur général, Nabi Issa Coulibaly, hué et chassé du siège de la société, le 8 mai 2019. 

Après un sit-in de 72 heures et une grève de 48h, ils ont reconduit leur mouvement depuis le samedi 11 mai, et ce jusqu’au jeudi 16 mai 2019. Rassemblés à la Bourse du Travail, ils ont de nouveau décrié le management du premier responsable qui aurait du mépris pour le personnel.

« Le statut n’est plus notre priorité. Le statut n’est que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Nous pouvons même attendre jusqu’en novembre ou décembre pour le statut. C’est comme pour l’insurrection populaire. Quand le président Blaise Compaoré a dit qu’il laissait tomber l’article 37, on lui a dit qu’on ne voulait plus de lui et il est parti », a rappelé un agent, désigné par un responsable du syndicat pour répondre à nos questions.

« La Bourse du Travail est devenue notre lieu de travail et le restera tant que Nabi Issa Coulibaly sera toujours à la tête de la Poste. Pourquoi s’entêter à maintenir une seule personne qui n’a que 20 mois au sein de la société qui a pourtant plus de 50 ans d’existence ? », s’interroge notre interlocuteur qui a requis l’anonymat.

« Nous sommes convaincus que son départ est la seule solution. S’il part à 10h, nous reprenons le travail à 11h », rassure l’agent. Il a également rappelé que le personnel réclame la tête du Secrétaire général, Oumarou Ouédraogo. « C’est comme le lion et sa queue. Quand le Président part, c’est avec son Premier ministre ».

Joint au téléphone, le secrétaire général de la Poste a souhaité réagir après le mardi 14 mai 2019.En attendant, les agents tout en se disant ouverts au dialogue, menacent de passer à une vitesse supérieure, si rien n’est fait d’ici à jeudi.


Notons que le Syndicat des travailleurs de la poste (SYNTRAPOST) est en deuil. Un agent qui avait quitté la ville de Tougan pour venir soutenir le mouvement à Ouagadougou est décédé subitement, dimanche matin, selon les responsables du syndicat.

LeFaso.net

Related posts

Leave a Comment