Gouvernement VS Syndicat : une « remontada » des syndicats en vue

La coordination des syndicats du ministère en charge de l’économie et des finances (CS-MEF) a, au sortir d’une rencontre de ses délégués, annoncé que les syndicats reprendront du poils de la bête après une période de latence due au covid19. Pour Mahamadi Sawadogo, secrétaire général du syndicat national des agents des finances, le coronavirus a été utilisé par le gouvernement pour ne pas traiter les revendications syndicales dont l’impôt unique sur les traitements et salaires des fonctionnaires.

Le CS-MEF relève que depuis le déclenchement de la lutte pour la suppression de l’IUTS sur les primes et indemnités des travailleurs du privé, du public, du parapublic, le gouvernement l’a finalement opérationnalisé. « Pire, le ministre a répondu par la répression » avec « les affectations arbitraires » et surtout la révocation de trois de leurs « camarades de la fonction publique ».

Une affaire politique…

Sur l’affaire concernant la révocation des agents, Mahamadi Sawadogo déclare que « l’affaire est politique ». Selon lui, le ministère de l’économie et des finances est l’une des administrations les « plus politisées » de la fonction publique. « Si non comment comprendre que dès que la vidéo de l’incident est sortie, celle-ci a atterri à la présidence et au siège du parti au pouvoir? » se demande Mahamadi Sawadogo. « Pourtant, en juillet 2017, deux chauffeurs ont failli ouvrir le feu sur des militants du SNAID dans la cours de la DGI. Cette agression s’est faite dans une cours truffée de caméra mai aucune vidéo n’a circulé. Une plainte a été déposée sans suite. (…) Un agent du MINEFID a été bastonné, et avait eu le bars cassé, sans que quelque chose ne soit fait » poursuit-il.

C’est tout simplement pour « broyer le syndicat » que le gouvernement fait de cet incident « un exemple ». Selon le CS-MEF, cette révocation est inopportune au regard de la forme qu’a pris la sanction. « Au lieu des les (NDLR : les agents révoqués) envoyer  en conseil de discipline, on les envoie à l’inspection générale des finances pour être entendues ».

Le coronavirus, bouc émissaire du gouvernement

Les syndicats entendent reprendre leurs luttes, mises sur pause au regard de la crise sanitaire. « Les marchés, les lieux de cultes ont rouvert ». Mais « on refuse que les syndicats se réunissent et mener leurs activités. Nous n’allons pas nous laisser faire. Le covid n’est pas terminé, on est d’accord, ça y est là, mais nous allons continuer nos mouvements » a déclaré Mahamadi Sawadogo à l’endroit du gouvernement.

« C’est comme dans un match de football. Ils ont profité du covid pour marquer deux buts en hors jeu, mais qu’ils se tiennent prêts. Nous allons faire une remontada qu’ils ne vont pas oublier » a clôt Mahamadi Sawadogo.

Ange L. Jordan MEDA

Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment