Gouvernance économique : Le CIFOEB examine l’impact de l’insécurité sur les budgets publics

Le vendredi 8 novembre 2019, s’est tenue la 11e journée du Centre d’information, de formation et d’études sur le budget (CIFOEB), sur la gouvernance économique. Plus de 200 personnes venues des treize régions du pays ont pris part à cette rencontre, qui s’est intéressée à la gestion économique et financière dans le contexte sécuritaire difficile que traverse le pays.

La politique budgétaire est l’instrument par excellence de la politique économique dont dispose le gouvernement du Burkina Faso pour la mise en œuvre de ses programmes de développement. Son exécution et sa réalisation revêtent un intérêt particulier pour les citoyens dans la mesure où elle affecte directement les conditions de vie des ménages. Le contexte sécuritaire difficile que traverse le pays depuis 2015 peut influencer les actions des décideurs publics en la matière.

Cette conviction du Centre d’information, de formation et d’études sur le budget (CIFOEB) s’est matérialisée par l’organisation de sa 11e journée sur la gouvernance économique, le 8 novembre 2019, autour du thème « Le défi sécuritaire et son impact sur les budgets publics ».

A cette occasion, le CIFOEB a réuni des décideurs et des membres d’organisations de la société civile des treize régions du Burkina, pour le traitement de la question. Pour le CIFOEB, s’il est vrai que les questions de défense et de sécurité sont des domaines réservés, il n’en demeure pas que les exigences de bonne gouvernance s’imposent à tout service public et à ses animateurs. D’où l’intérêt pour le citoyen de s’intéresser aux questions budgétaires, particulièrement dans le domaine de la défense et de la sécurité. La question de la gouvernance budgétaire a toujours été la responsabilité exclusive de ceux qui gouvernent, et le CIFOEB entend améliorer cela en suscitant la participation des citoyens à la gouvernance budgétaire.

Les travaux se sont déroulés en plénière et en panels. Les thèmes évoqués étaient en rapport avec les orientations de la thématique de cette 11e journée. La problématique de la mobilisation des ressources publiques dans un contexte d’insécurité, les dépenses sécuritaires, la transparence budgétaire et l’état des lieux de la transparence budgétaire au Burkina Faso ont été les questions abordées au cours des échanges.

Et selon le Président du conseil d’administration (PCA) du CIFOEB, Seydou Dao, le constat est que les choses s’améliorent en matière de gouvernance au Burkina Faso, comme l’ont révélé les différentes évaluations au niveau international. Cependant, compte tenu de la période spécifique pour le Burkina Faso, avec la recrudescence des attaques terroristes, le CIFOEB estime qu’il y a un véritable risque pour, non seulement que les ressources de l’Etat soient consacrées aux dépenses sécuritaires, mais aussi pour que toutes les mesures ne soient pas prises pour assurer une meilleure gestion de ces ressources.

Seydou Dao, PCA du CIFOEB

A l’issue des travaux de la journée, trois communes ont été primées dans le cadre de la bonne gouvernance économique et financière, sur les critères de respect des procédures d’élaboration, de transparence du budget et de participation du public. Il s’agit de la commune de Fada N’Gourma, qui a remporté le premier prix, et des communes de Bobo-Dioulasso et de Dédougou. Abdou Rasmané Darankoum, conseiller municipal de la commune de Fada N’Gourma, représentant son maire, déclare que c’est le résultat d’un travail collégial.

Les représentants des trois communes primées

Il confie qu’à travers les partenaires techniques et financiers qui accompagnent la commune, chaque fois qu’il y a une session budgétaire, elle est retransmise en direct à travers les radios locales. Ce qui permet aux citoyens de suivre de près ce qui se fait et ce qui est fait pour eux. Il n’a pas manqué de louer l’esprit d’ouverture du premier responsable, accessible à tous, qui a permis que le travail puisse être conduit de cette façon.

Rasmané Darankoum, représentant du maire de Fada

Un mémorandum de recommandations a ensuite été remis au ministère de l’Economie, des Finances et du Développement, représenté par le directeur général du trésor et de la comptabilité publique, Célestin Santéré Sanon.

Le représentant de la commune de Fada, qui reçoit le prix

Le CIFOEB œuvre pour la promotion de la bonne gouvernance économique au Burkina Faso, par une gestion optimale des ressources publiques. Ses journées de bonne gouvernance économique et financière se tiennent chaque année autour des problématiques du moment, concernant les finances publiques. C’est donc des journées d’information, de sensibilisation, d’interpellation et de plaidoyer à l’endroit des décideurs, selon le PCA Seydou Dao.

Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment