Gaoua : Les femmes ont encore marché pour réclamer de l’eau

La pénurie d’eau dans la ville de Gaoua est récurrente. Et au cours du mois de novembre 2019, elle s’est accrue dans plusieurs secteurs. Exacerbées par cette situation, les femmes de Gaoua ont exprimé leur mécontentement ce lundi 2 décembre 2019, à travers une marche qui les a conduites à l’ONEA/Gaoua. Là, elles ont été reçues par le chef de centre. Le directeur régional de l’ONEA/Bobo-Dioulasso, Jean Ouédraogo, a également fait le déplacement de Gaoua ce 4 décembre pour rassurer les femmes que des travaux d’urgence ont été engagés pour rétablir la desserte normale de l’eau dans la ville.

« Avec le relief de la ville qui est dominé par des collines, nous avons des difficultés pour satisfaire nos abonnés situés en hauteur », campe Jean Ouédraogo, directeur régional de l’ONEA/Bobo. Ainsi, l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) est obligé de procéder à une distribution alternée, afin de permettre aux zones situées en hauteur d’avoir aussi accès à l’eau.

Mais au cours du mois de novembre 2019, la pénurie s’est accentuée dans les zones critiques. Au secteur 1 de Gaoua, Marie Christine Palé explique son calvaire : « Le problème d’eau dans ce quartier ne date pas d’aujourd’hui. Depuis 5 ans, nous souffrons parce qu’il n’y a pas d’eau à tout moment dans nos bornes-fontaines. On s’arrangeait pour se ravitailler aux heures où il y avait l’eau, mais ces derniers temps, il n’y a plus d’eau du tout. Certains nous vendent l’eau à raison de 100 F CFA le bidon de 20 litres ».

Malgré le manque d’eau, « nous devons payer nos factures », fulmine Djénéba Ouédraogo, gérante d’une borne-fontaine. Au quartier « Planteur », Ami Kambiré nous apprend que « nous passons plusieurs jours sans eau, souvent 3 à 5 jours ».

Cette situation est due, selon le directeur régional de l’ONEA/Bobo, à une panne survenue au niveau de la pompe du forage F13 situé au secteur 8 (Niobini). L’arrêt de ce forage qui produit 20 mètres cubes par heure, a occasionné un manque à gagner d’environ 400 mètres cubes par jour pour l’alimentation de la ville. « Ce manque est venu créer un manque déjà existant », ajoute-t-il.

Jean Ouédraogo, directeur régional de l’ONEA/Bobo

« Dans l’immédiat, mes collaborateurs du centre ont tenté de réparer cette pompe. Mais malheureusement, nous sommes à notre 4e prestataire pour extraire cette pompe, les trois premiers ayant abandonné. Face à la situation, une équipe a été dépêchée de Bobo pour le raccordement du forage F5 situé au secteur 3, quartier ‘‘Désert’’ pour remédier à ce manque à gagner. La mise en service de ce forage nécessite aussi des travaux de pose de conduites. Ces travaux sont en cours d’exécution et prendront fin ce week-end, ce qui va améliorer la situation progressivement dans les zones déficitaires », précise Jean Ouédraogo.

En termes de perspectives, l’ONEA prévoit à court terme, pour la ville de Gaoua, la poursuite de l’extraction de la pompe F13 pour la réparer ou à défaut réaliser un nouveau forage dans la même zone et abandonner l’ancien. Aussi, le raccordement de quatre bornes-fontaines dans la ville avant la fin de l’année 2019 pour rapprocher davantage l’eau des populations. A moyen terme, il est prévu la réalisation en 2020 d’un forage supplémentaire et l’extension du réseau. A long terme, c’est de faire des études prospectives dans la région du Sud-Ouest pour renforcer l’alimentation en eau avec des centres de production à travers à des eaux souterraines et de surface, précise le directeur régional de l’ONEA Bobo.

Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment