Front social au Burkina : Naissance du Syndicat national des gestionnaires de l’information documentaire

Le Syndicat national des gestionnaires de l’information documentaire (SYNAGID) est le nouveau-né du monde syndical burkinabè. Créé le 02 mars 2019, il a été présenté à la presse ce mardi 18 juin 2019 à Ouagadougou, en même temps que l’explication d’une plateforme revendicative en vue.

La fronde sociale n’est pas près de prendre fin au Burkina Faso. Et pour cause, la naissance d’un autre syndicat, le SYNAGID (Syndicat national des gestionnaires de l’information documentaire), annonce l’ouverture d’un nouveau front. Et c’est au cours d’une conférence de presse animée par le bureau national, ce mardi 18 juin 2019 à Ouagadougou, que le SYNAGID a été présenté à l’opinion publique. Un syndicat qui, selon son secrétaire général, Souleymane Soare, a été créé le 02 mars dernier en assemblée générale. Il compterait déjà de plus de 500 sympathisants avec un bureau national de onze membres, regroupant les familles d’emplois d’archivistes, de bibliothécaires et de documentalistes.

Souleymane Soare, SG du SYNAGID

Aussitôt créé, aussitôt en action. Les syndiqués de l’information documentaire du Burkina, sont déjà montés au créneau en dénonçant les problèmes liés à leur travail. Le SG SYNAGID a ainsi souligné que le syndicat est né dans un contexte très difficile pour les professionnels du métier. Car ils sont mal traités du point de vue des conditions de travail et des risques graves qu’ils courent dans leurs lieux de service sans la moindre protection matérielle ou juridique et mal traités également du point de vue de la rémunération. Tout en précisant que les GID manquent de l’essentiel, c’est-à-dire, de locaux adéquats pour travailler et figurent parmi les derniers dans le traitement salarial.

Une vue des journalistes et gestionnaires de l’information documentaire présents à cette première conférence de presse

Pour faire donc face à cette injustice, dit-il, le SYNAGID a été mis en place afin d’alerter les autorités et prendre l’opinion publique à témoin des graves menaces qui pèsent sur la fonction de gestionnaire de l’information documentaire et la nécessité de prendre des mesures. Et comme tous les autres syndicats, le SYNAGID exige aussi à son tour au gouvernement, la tenue d’un dialogue franc et sincère avec le bureau national, la prise en charge diligente des préoccupations des GID, le traitement juste et équitable des GID et de tous les employés de l’Etat et le respect des engagements pris par le gouvernement.

Toutefois, pour sortir de cette fronde sociale qui ne cesse de s’empirer, le responsable à l’information du SYNAGID, Idrissa Zalle, propose au gouvernement la reprise et la dynamisation du dialogue social. Ce qui qui, selon lui, ne peut se faire qu’à travers le respect strict des engagements auxquels le gouvernement s’est engagé avec les partenaires sociaux.
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment