Foncier au Burkina. « Trop triste »

Vraiment, la question du foncier au Burkina Faso est plusqu’une merde. Dans une annonce tu lis :
– UNE VILLA EN VENTE à la Patte d’Oie sur un terrain de 360m carré. À vue d’oeil tu es attiré.
– Après je regardes la description 3 chambres , un grand salon, cuisine, douche + WC interne, cours pavée , garage pour voiture et une dependance dans la cours.
_ Par la suite je suis tenté de regarder le prix = 100.000.000 FCFA.
– En vertu de quoi 3 chambres salons avec rien d’extraordinaire dans un pays pauvre où les gens ont du mal à joindre les 2 bouts et dans un quartier comme la patte d’Oie doit coûter 100.000.000 FCFA soit 200.000 dollars.
Sur quelles bases les vendeurs fixent les prix de vente ? Qui est acteur de cette anarchie ? Les autorités burkinabés ou la population ? Le destin d’une grande partie de la population burkinabé est triste et chaotic. Avec 100.000.000 FCFA soit 200 000 dollars on a un très joli  » private house  » aux USA dans un Etat qui n’a rien à voir avec Ouaga. Ceux qui ont l’argent  » propre » à Ouaga pour acheter ces maisons ou ces parcelles sont combien ? C’est trop triste pour toutes ces annonces de vente de parcelles que je vois. Parcelle de 500 m carré en vente à Ouaga 2000 =250.000.000 FCFA, parcelle en vente à Karpala avec une maison de 10 toles = 50.000.000FCFA, terrain de 1000 m carré avec des arbres à l’interieur + maison 10 toles et un poulailler dans une périphérie de Ouaga = 120.000 0000 FCFA.Franchement il y a des comportements et des agissements qui vont chasser des burkinabés à aller investir chez les autres. Nos parents l’ont fait et on a tous critiqués mais c’est domage qu’à cette allure nous soyons obligés de les rejoindre pour embrasser les mêmes erreures. Au moins avec moins de 100.000.000 FCFA on peut avoir une belle maison en bordure de plage à Bassam , Lomé , Benin et j’en passe. Je suis désoler mais c’est comme si le pays  » était geré par des analphabètes « . Chacun fait ce qu’il veut, sème son bordelle comme il veut. D’aucun diront que ce n’est pas forcé de vivre à Ouaga, mais chacun aussi à certainement le libre choix de se forcer de vivre chez les autres lorsque chez eux c’est plus aisé. Que ce poste n’énerve persone et d’ailleurs la vérité quand elle est aussi crue ne fait elle pas mal ?
J’aimerais en quelques mots pour finir demander aux autorités burkinabés de faire la politique. Et de la faire en faveur de la majeur partie du peuple et non en leur faveur.  » Les gens ont faim et soufrent pour joindre les 2 bouts « . Si vous, vous avez des greniers où vous pouvez à tout moment voler, vous acheter des parcelles comme des cacahuettes et faire des shopping sans regarder les prix sur les étiquettes, il y a des gens au burkina qui risque de mourir sans avoir une parcelle. Et ça c’est triste…trop triste. Pitié pour toute une génération sacrifiée à long terme.

Pitié…!

Somah Makaiboo Gouintché.

Related posts

Leave a Comment