Finance digitale : Le Fonds d’équipement des Nations-Unies appuie la formalisation d’un groupe de travail au Burkina

Le Fonds d’équipement des Nations-Unies (FENU) appuie le Secrétariat permanent pour la Promotion de la microfinance (SP-PMF) pour la mise en place d’un Groupe de travail sur la finance digitale au Burkina Faso. Après avoir posé les bases en octobre 2019, ces structures se sont rencontrées une deuxième fois pour la formalisation de ce groupe, le vendredi 5 juin 2020. Le FENU et le SP-PMF sont appuyés par l’ambassade du Luxembourg. La rencontre a eu lieu par visioconférence.

Pour appuyer la digitalisation des services dans l’économie burkinabè, le Secrétariat permanent pour la Promotion de la microfinance (SP-PMF), en partenariat avec le Fonds d’équipement des Nations-Unies (FENU), à travers le Programme d’appui à la résilience par les innovations (PARI) et l’appui du Grand-Duché du Luxembourg, œuvre à l’installation d’une équipe appelée Groupe de travail sur la finance digitale (GTFD).

L’écran de la Visioconférence

Après une première session en octobre 2019, qui a jeté les bases du GTFD, ces structures, qui sont partenaires dans la Stratégie nationale de finance inclusive (SNFI), se sont réunies une seconde fois, dans le cadre de l’opérationnalisation de ce groupe de travail. Un groupe de travail, qui se veut un cadre de concertation et de mutualisation des efforts pour améliorer la résilience et l’accès au financement des populations exclues des services financiers.

Les modéfrateurs de la rencontre

Le secrétaire permanent pour la promotion de la microfinance, Waongo Fidèle Yaméogo, précise que le groupe aura pour mission de réfléchir à toutes les problématiques liées à la finance digitale au Burkina Faso, de favoriser une synergie d’actions des différents intervenants et de mener des plaidoyers pour son expansion. Cette deuxième session vise donc à finaliser les documents de formalisation de ce Groupe de travail sur la finance digitale du Burkina Faso, ajoute Fidèle Waongo Yaméogo.

De façon spécifique, la session va procéder à l’examen et à la validation du projet de texte portant création, attributions, compositions et fonctionnement du GTFD ; à la réflexion sur le rôle du GTFD et les axes de collaboration avec les organes du dispositif institutionnel de la SNFI et enfin à un échange sur une thématique en lien avec la finance digitale.

Le Burkina Faso a pris conscience de l’importance notoire que revêt la finance digitale pour accélérer l’inclusion financière et, partant, stimuler la croissance et développement économique et social. C’est pourquoi, le pays s’est doté d’une stratégie en la matière, dénommée Stratégie nationale de la finance inclusive (SNFI) dont l’axe 2 est consacré à la promotion de l’implémentation de la finance digitale.

Le Fonds d’équipement des Nations-Unies (FENU), en anglais United Nations capital development fund (UNCDF), intervient dans cette stratégie à travers le Programme d’appui à la résilience par les innovations (PARI), avec l’appui financier de l’ambassade du Grand-Duché du Luxembourg. Pour le chargé d’affaires de l’ambassade du Luxembourg, Joseph Senninger, qui parle d’un accès des services financiers, parle d’une autonomisation de l’homme et de la poursuite de ses objectifs de développement social et économique.

Il ajoute que la finance digitale a été au centre des discussions à la Semaine africaine de la microfinance tenue à Ouagadougou en octobre 2019, preuve que le digital est l’un des nombreux défis que doit relever le continent africain dans sa marche vers un développement inclusif.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment