FESPACO 2019 : Plus de 327 millions FCFA investis par l’OIF

La Directrice de la langue française, culture et diversités (DLFCD) de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Youma Fall, a animé une conférence publique, ce mercredi 27 février 2019 à Ouagadougou, sur la stratégie d’accompagnement de la promotion du cinéma africain par l’OIF.

L’Organisation internationale de la francophonie (OIF) met en place, selon la Directrice de la langue française, culture et diversités (DLFCD), Youma Fall, un certain nombre de stratégies et des fonds pour accompagner l’industrie culturelle.

En ce qui concerne le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), l’OIF apporte son soutien de manière directe sous forme de financements et indirectement par la formation des professionnels de la filière cinéma. Quatorze films en compétition officielle et deux autres productions ont ainsi reçu le soutien de l’OIF, à en croire Youma Fall.

La Directrice Langue française, culture et diversités de l’OIF, Youma Fall

Pour cette 26e édition du FESPACO, l’OIF a initié un atelier sur les séries afin de réfléchir sur la structuration de la filière. Au cours des échanges, les questions telles que la professionnalisation du cinéma africain et le droit d’auteur vont être abordées.

Selon Youma Fall, l’OIF continue de mener d’autres activités en parallèle. A titre d’exemple, elle a cité le parrainage du prix Poulains de Yennenga au FESPACO depuis 2015.
Tout l’accompagnement de l’Organisation internationale de la francophonie à cette édition du rendez-vous du cinéma africain est estimé à plus de 327 millions de francs CFA (500 000 euros).

Contrairement à l’ancienne méthode, Pierre Barrot, spécialiste programme de la Directrice de la langue française, culture et diversités (DLFCD) de l’OIF, le format des appels à projet va changer. Désormais, l’accent va être mis sur l’aspect technique des professionnels du cinéma.

En d’autres termes, l’OIF va maximiser sur la formation en octroyant des bourses d’études et en proposant des modules.
Dans la foulée, l’OIF félicite le Cinéma numérique ambulant (CNA), qui selon elle, est un outil important pour permettre aux populations d’accéder aux œuvres cinématographiques.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Related posts

Leave a Comment