Fada N’Gourma : La police judiciaire démantèle un réseau de trafiquants et consommateurs de drogue impliquant des élèves

Le service régional de la police judiciaire (SRPJ) de Fada N’Gourma a animé une conférence de presse, le jeudi 11 mars 2021, pour présenter un réseau de trafiquants et de consommateurs de drogue qu’il a démantelé. Il ressort que la majorité des acheteurs sont des élèves.

C’est au cours du mois d’avril 2018 que les informations parvenues au SRPJ de Fada N’Gourma. Elles indiquent qu’une franche jeune de la ville de Fada, dont l’âge est compris entre 16 et 25 ans, s’adonnerait à la vente et à la consommation de la drogue, notamment le cannabis. Cela se passerait dans les établissements secondaires et les domiciles, et dont la majorité des acheteurs sont des élèves.

Après avoir avisé le procureur du Faso près du tribunal de grande instance de Fada, une enquête a été ouverte permettant l’interpellation de O.L, un consommateur au secteur 10 ; de L.Y résident dans la zone non- lotie du secteur.

Ce dernier possédait dix carreaux de chanvre indien, dont l’unité pèse 1kg, qu’il dit appartenir à F.Y à Namoungou (commune du département de Fada). O.L avait pour rôle d’écouler la ‘’marchandise’’ et retourner l’argent à F. Y.

Certains fournisseurs résident à Pouytenga. Par ailleurs, les investigations ont permis de saisir 13,20 kg de cannabis, 1, 40kg de produits psychotropes et déterminer le circuit usité par ces ‘’narcotrafiquants’’.

Si F.Y purge actuellement sa peine à la Maison d’arrêt et de correction de Fada et que O.S interpelé à Koupéla attend d’être transféré devant le parquet, trois autres sont toujours en cavale.

2/3 des établissements secondaires de Fada touchés par le phénomène

Selon le commissaire de police, Tounwindyam Jean Guy Ilboudo, chef du SRJP, 2/3 des établissements secondaires de la ville de Fada sont touchés par le phénomène.

Vu l’ampleur de la situation, il a invité les parents ; les enseignants ; les autorité administrative, politique et religieuse notamment celles locales, à repenser l’éducation des enfants.

A la population, il a exhorté une franche collaboration avec les forces de défense et de sécurité en signalant tout cas suspect au 17, le 16 ou le 1010

G. ABOUBACAR / Fada
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment