Eventuel troisième mandat : Alassane Ouattara va d’abord consulter ses amis

En Côte d’Ivoire, la 12e édition du Forum Mo Ibrahim s’est achevée avec un entretien entre Mo Ibrahim, président de la fondation éponyme, et le président Alassane Ouattara, le dimanche 7 avril 2019. Le chef d’Etat ivoirien a profité de l’occasion pour revenir sur ses intentions concernant un troisième mandat.

Selon notre confrère Radio France internationale (RFI), l’entretien entre le milliardaire Mo Ibrahim et le président ivoirien Alassane a duré près d’une heure. Au cours de ces échanges, le chef de l’Etat a dressé les bons points de sa gouvernance après huit ans à la tête du pays. L’échange s’est terminé par la question fatidique : troisième mandat ou pas troisième mandat ?

Le président ivoirien, qui estime pouvoir se représenter depuis l’adoption en 2016 de la nouvelle Constitution, a pris son temps pour répondre : « 75% des Africains ont moins de 35 ans. Donc, il est clair que, pour moi, la voix va vers une nouvelle génération. Ça me paraît tellement évident. » Passer le flambeau, Alassane Ouattara l’affirmait par deux fois déjà l’été dernier. Mais ce dimanche, cela lui a valu une ovation du public. Et pourtant, « je ne vous dis pas que je m’en vais (rires et applaudissements). Il y a un certain nombre d’amis que je consulterai avant de prendre ma décision définitive. »

Il faut noter que le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, a déjà annoncé en janvier dernier, lors du premier congrès du parti Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), qu’il va rendre sa décision en 2020, année du scrutin présidentiel.

Ce flou autour de cet éventuel 3e mandat du président ivoirien montre que la scène politique a bien changé depuis que ses principaux acteurs sont sortis de l’ombre. Henri Konan Bédié du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) n’exclut pas de se présenter. Guillaume Soro, toujours discret sur ses intentions, est en tournée dans le pays depuis sa démission du perchoir de l’Assemblée nationale il y a deux mois. Et les militants du Front populaire ivoirien (FPI) se sentent renaître suite à l’acquittement en première instance de Laurent Gbagbo à la CPI, en début d’année.

Cryspin Maneang Laoundiki
LeFaso.net
Source : RFI

Related posts

Leave a Comment