Étalons: Un dealer dans l’encadrement des Etalons juniors

Les  Etalons_juniors n’arrêteront pas de faire parler d’eux de sitôt après leur débâcle à la  CAN de leur catégorie au Niger. Quelques semaines après leur élimination dès le premier tour avec à la clé un parcours calamiteux de trois défaites sur trois matchs, voilà que des choses commencent à sortir. Il nous revient par exemple, selon le parent d’un joueur, que la prime de qualification de son rejeton ne lui a pas été versée.

L’enfant en question a participé à toute la phase qualificative pour la CAN, mais n’aura pas été retenu par le sélectionneur pour le tournoi final. A défaut donc de prime de sélection en sus, il devrait se contenter de prime de qualification de 350 000 F, qui devait être octroyée à chacun des joueurs qui ont permis à l’équipe de composter le billet pour Niger 2019.

Sauf que là, et selon notre interlocuteur, un membre, et non des moindres, de l’encadrement des Etalons juniors aurait fait signer une dizaine de joueurs présents à Maradi alors qu’ils n’avaient pas droit à cette prime. Sur les 350 000 FCFA empochés, ils ont rétrocédé chacun la somme de 300 000 FCFA à celui qui leur a fait bénéficier illégalement de cette gratification. Et contrairement à ce qu’il avait promis, le brouteur de l’écurie des moins de 20 ans n’a pas reversé le moindre kopeck à ceux qui ont qualifié son équipe mais n’ont pas été retenus pour la phase finale à Maradi.

Comme quoi, la prime des joueurs constitue une véritable plaie dans le milieu du football africain et le  Burkina n’échappe à ce fléau.
Mais ce n’est pas une raison pour que la fédération ferme les yeux sur cette affaire dont les victimes se gardent de parler, de peur de contrecoups sur leur jeune carrière.

L’Observateur Paalga

Related posts

One Thought to “Étalons: Un dealer dans l’encadrement des Etalons juniors”

  1. bod

    je pense que SANGARE joue sa tête dans cette affaire ! Qu’il lâche ces délinquants saprofites, indignes dont la place est à la MACO ! Il faut vider cette question au plus vite ! C’est l’esclavage sous une autre forme : on exploite des enfants, de petits burkinabè, qui parviennent à qualifier l’équipe puis après, on les libère sans primes et on vend leurs places à des enfants à papa ! Dans quel monde sommes nous ?

Leave a Comment