Environnement : Le programme budgétaire 086 « gestion des ressources forestières et fauniques » en examen

Le directeur général des eaux et forêts, Lamoussa Hébié, a présidé ce vendredi 26 février 2021 à Ouagadougou, l’ouverture de la 2e session 2020 du comité de revue du programme budgétaire 086 « gestion des ressources forestières et fauniques ». Une session au cours de laquelle, les projets et programmes de l’année 2021 seront examinés afin d’être validés.

Au cours de cette 2e session, il est question pour le comité de revue d’analyser le programme annuel d’activités des projets et programmes qui sont rattachés au programme budgétaire 29 086. Il s’agit concrètement, selon le directeur général des eaux et forêts, Lamoussa Hebié, d’examiner et d’adopter les plans de travail et budgets annuels (PTBA) 2021 ainsi que les plans de passation des marchés afin de donner un quitus à la mise en œuvre des activités des différents projets. Ce qui revêt une importance capitale dans la réalisation des objectifs du ministère de l’Environnement, de l’Economie verte et des Changements climatiques (MEEVCC) en général et du programme budgétaire 29 086 en particulier, a-t-il souligné.

Le directeur général des eaux et forêts, Lamoussa Hebié

C’est pourquoi, en s’adressant aux participants, il a appelé à l’esprit de précision et de concision des uns et des autres, afin que les interventions sur les différents points inscrits à l’ordre du jour soient empreintes d’une analyse critique, assortie de propositions concrètes, réalistes et réalisables, à même de faciliter la mise en œuvre des activités pour l’année 2021. Tout en indiquant que plusieurs secteurs d’activités du pays se fondent sur les ressources forestières et fauniques au travers desquelles, les interactions entre l’homme, la forêt, la faune, les écosystèmes sont au cœur des préoccupations des politiques pour garantir la durabilité des ressources.

Le coordonnateur national de la grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel, Adama Doulkom, a quant à lui laissé entendre que cette session est une occasion de mettre l’accent sur des questions qui n’ont pas été prises en compte les années précédentes notamment celles de suivi-évaluation, du renforcement des capacités mais également la mise en œuvre des questions d’investissement.

Les forestiers et leurs partenaires réunis pour examiner et valider les activités de l’année 2021 en matière de gestion durable des ressources forestières et fauniques

Les programmes et projets forestiers et fauniques qui ont été, en outre, formulés et mis en œuvre ou en cours d’exécution forment, selon le responsable des eaux et forêts, l’ensemble de ces initiatives pour répondre à l’objectif de durabilité.

Quatre projets prévus

Le programme budgétaire 086 est composé de quatre principaux projets qui ont fait l’objet de présentation au cours de cette 2e session du comité de revue, a fait savoir M. Hebié. Il s’agit notamment du programme de renforcement des capacités pour l’initiative de la grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel, phase 2 (PRC2-IGMVSS) et du projet d’amélioration du potentiel hydrique dans les aires fauniques du Burkina Faso (PAPHAF). Outre ces deux projets, il y a aussi le projet d’appui aux efforts de reboisement par la mise au point de méthode de multiplication végétative à moindre coût au Burkina Faso (PARMEV-BF) et du projet d’intégration des mesures d’adaptation au changement climatique dans la gestion concentrée du complexe transfrontalier.

Photo de famille

L’ouverture de cette 2e session a été par ailleurs l’occasion pour le premier responsable des eaux et forêts de rappeler que 2021-2030 a été proclamée par l’organisation des Nations-Unies, « décennie pour la restauration des écosystèmes » axée sur l’équilibre entre les priorités écologiques, sociales et de développement dans les paysages où différentes formes d’utilisation des terres interagissent, dans le but de favoriser la résilience à long terme.

« Ce qui constitue donc pour notre programme budgétaire 086 une opportunité pour mobiliser davantage de ressources financières pour une mise en œuvre réussie des activités », affirme-t-il. C’est pourquoi, avant de terminer, il a invité les acteurs à développer toutes les initiatives crédibles qui s’imposent en la matière afin de contribuer à la gestion durable des ressources forestières et fauniques pour le bonheur des générations présentes et futures.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment