Entrepreneuriat féminin : 15 apprenantes du Centre Sainte Perpétue prêtes pour l’auto-emploi

Fin de formation pour la promotion 2016-2019 du Centre de promotion féminine Sainte Perpétue « Minin sao panga » de Ouagadougou , ce 23 janvier 2019. La quinzaine d’impétrantes apte à exercer a également reçu des kits d’installation, chacune selon sa filière de formation.

Elles étaient à la rentrée 35 filles à amorcer la formation. Seules 15 ont bouclé le cursus. Certaines, confrontées à des difficultés et surtout victimes de mariages d’enfants, ont dû abandonner le navire.

Dans une ambiance festive et d’introspection dans la cour de l’église Sacré cœur de Dapoya, les 15 impétrantes jadis apprenantes du Centre de promotion féminine Sainte Perpétue foulent le domaine de l’entrepreneuriat. Cela, au bout de 3 années de formation sanctionnée soit par le certificat ou le brevet de qualification professionnelle dans les métiers de la restauration, de la coiffure, de la coupe-couture et du tissage. Une formation enrichie aux règles de savoir-vivre pour préparer les pensionnaires, jeunes filles orphelines déscolarisées ou non scolarisées aux tâches de futures épouses et mères.

Aptes à exercer, elles reçoivent également de la direction du centre des kits d’installation dans leurs futures entreprises. Ainsi donc, ce centre entend faire de l’insertion sociale un facteur de cohésion sociale avec l’appui des partenaires tels le ministère de l’Action sociale et de l’Organisation des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

« C’est maintenant que le plus dur commence… »

En appui à ses filleules, Laurence Marchal Ilboudo s’est voulu franche. « Vous devez bien négocier ce virage (ndlr : allusion à l’entrée dans le monde de l’entrepreneuriat) de votre vie, car c’est maintenant que le plus dur commence ».

Sœur Félicité Sawadogo, directrice du centre de promotion feminine Sainte Perpétue

Et pour y arriver la solution serait de garder la même discipline de vie qui était inculquée pendant la formation en tant que maîtresse de votre vie, exhorte-t-elle. Elle insiste sur l’importance de conseils des personnes avisées non pour abandonner leurs ambitions mais pour faire de meilleurs choix.

La sœur Félicité Sawadogo, directrice du Centre Sainte Perpétue n’a pas manqué de plaider pour l’amélioration des conditions d’études de ses pensionnaires et le rayonnement de son établissement. Ainsi donc, la création d’un lycée professionnel pour mieux répondre aux aspirations des apprenantes, la formalisation du centre, la signature d’une convention de partenariat entre le centre et l’UNICEF et avec le ministère de l’Action sociale, formule Sœur Félicité Sawadogo. L’extension des bâtiments en hauteur pour plus de capacités d’accueil est également nécessaire.

Mariam Ouédraogo
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment