Entreprenariat : Positiv’ apporte une visibilité aux activités des jeunes dans l’ombre

Bertine Ouédraogo âgée de 30 ans est promotrice de Positiv’, un média en ligne qui a pour objectif de promouvoir l’entreprenariat féminin. Pour elle, cette volonté est née d’une passion. Infowakat.net s’est entretenue avec elle pour découvrir sa façon d’épauler les jeunes.

Diplômée en relation internationale, elle a toujours été passionnée par la question de l’entreprenariat surtout la promotion du genre. Depuis l’université, elle aimait participer à des activités associatives entrant dans le cadre bien entendu de l’entreprenariat.

C’est en ce moment qu’elle se demande « ce qu’elle pourrait apporter, comme contribution en vue de donner une visibilité aux activités des femmes qui sont cachées dans l’ombre ». Elle pense déjà à l’action qu’elle doit poser et contre vent et marée l’entreprenariat féminin lui hante l’esprit.

Pourquoi l’entreprenariat féminin « parce que l’autonomisation et l’émancipation tant voulus des femmes passent aussi par une autonomisation financière », a-t-elle dit. Dès lors, elle décide de réaliser des productions littéraires sur l’entreprenariat tout en faisant des recherches dans ce domaine. « Je voyais déjà, la plupart des médias parlaient sur les femmes qui ont déjà réussi c’est-à-dire des femmes qui étaient à un certain standing. Et moi je me suis dit : il y a ces femmes dans les yaars, marchés qui entreprennent et que personne ne les voit », fait-elle remarquer.

Partant de ce constat, elle a décidé de changer la tendance, question de mettre ces femmes en valeur. « Évidemment, ces femmes qui sont méconnues et l’ambition ici c’est de permettre à ce qu’on fasse leur connaissance pour qu’elles puissent mieux vendre leurs produits » a-t-elle expliqué.

Certaines ont décrochées des prix en entreprenariat

Madame Ouédraogo estime qu’il est important de donner une place à ces femmes. Au début, elle se servait des réseaux sociaux comme moyen de publication pour diffuser les articles relatifs à ces dernières. Intitulée Zoom sur une femme battante. C’était le nom de sa page. Et c’est le début de toute l’histoire qui commence pour Madame Ouédraogo. Et cela remonte de 2016 à 2017.

Elle choisit les zones reculées où les gens n’oseraient pas mettre pieds pour la production des œuvres entrepreneuriales. « Chaque week-end je publiais un papier sur une femme. Je pense avoir publié un article sur une femme de Kaya et qui a produit des effets », a-t-elle témoigné ajoutant que cela a permis à certaines femmes de décrocher des prix en entreprenariat.

Étendre les actions à toute la jeunesse

Depuis lors et chemin faisant elle a pu s’imposer. Elle nous explique que cette passion l’a conduit d’ailleurs à abandonner un stage qu’elle faisait dans une structure de la place. Cherchant une panacée, son oncle lui a dit de transformer cette passion en créant un emploi.

De réflexion en réflexion, elle a commencé à acquérir les matières premières. En 2019 son entreprise Positiv’ a été officiellement créée. Elle est parvenue à agrandir la dimension de sa firme en touchant également les jeunes. « Il faut aller au-delà des femmes et passer un message fort à la jeunesse en leur disant qu’il y a une possibilité de réussir quel que soit le niveau » a-t-elle martelé.

En plus de l’incitation des jeunes à l’entreprenariat, elle a pris une volonté ferme de les instruire sur les notions basiques de l’entreprenariat. Selon elle, positiv’ va au-delà d’un média public positionnant présentement au stade web Télé dont la ligne éditoriale est la promotion de l’entreprenariat des jeunes.

Son lancement officiel, est prévu cette année. En attendant, assez de personnes y travaillent et gagnent leur pain dans la décence.

Youssouf KABDAOGO
Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment