Energies renouvelables : Faso Energy, précurseur des plaques solaires « made in Burkina Faso »

A l’instar de plusieurs pays d’Afrique, le Burkina Faso fait face au changement climatique avec ses corollaires. Avec une population en majorité pauvre, le pays doit également faire face à un défi énergétique très important. Le modèle énergétique du Burkina fait ressortir une forte dépendance à l’électricité d’origine thermique (88%), une dépendance totale aux hydrocarbures et une faible valorisation des potentialités nationales en énergies renouvelables, notamment le solaire.

Ces cinq dernières années, des dispositions ont été prises par les gouvernants pour favoriser l’accès à l’énergie de la population et permettre la création de structures promotrices. C’est dans ce contexte que « Faso Energy » a vu le jour. C’est le premier fabricant de modules photovoltaïques au Burkina Faso, appelé communément plaques solaires. Une équipe du Faso.net a fait une immersion dans les installations de cette société. Lisez plutôt.

Le besoin d’énergie de la population devient de plus en plus croissant au Burkina. Mais avec des capacités de production limitées, la Société nationale d’électricité (SONABEL) peine à le satisfaire. Ce qui prive une grande partie de la population d’une énergie permanente et fiable. Pour remédier à cette situation, le gouvernement a opté pour la promotion des énergies renouvelables. Ainsi, depuis 2015, il a pris des mesures pour développer ce secteur.

Il s’agit notamment de l’adoption de la loi N0 14 du 20 avril 2017 portant réglementation de l’électricité au Burkina Faso par l’Assemblée nationale, qui a conduit à la création de l’Agence nationale des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ANEREE).

Cette agence a pour mission de promouvoir, susciter, animer, coordonner, faciliter et réaliser toute opération ayant pour objectif le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. A cela s’ajoute la mise en place en 2018 d’une stratégie dans le domaine de l’énergie 2019-2023 par le ministère de l’Énergie avec pour objectif d’assurer un accès aux services énergétiques modernes de qualité et de promouvoir l’efficacité énergétique.

Dans cette lancée, l’une des énergies renouvelables les plus prisées est le solaire. De par sa situation géographique, le Burkina Faso est l’un des pays africains les plus ensoleillés. Cependant, cette énergie n’est pas suffisamment utilisée au bénéfice des populations. Ainsi, dans la dynamique de la promotion des énergies renouvelables, des activités, projets et structures de promotion de panneaux solaires ont vu le jour. Au nombre de ces structures, on peut citer « Faso Energy ».

Située dans la zone industrielle de Kossodo, à Ouagadougou, Faso Energy est la première unité de fabrication de modules photovoltaïques couramment appelés « panneaux solaires ». La société a vu le jour en 2019 et a une capacité de production de près de 60MW extensible à 200MW an. Cela équivaut à entre 225 000 à 500 000 panneaux par an. Selon son coordonnateur général, Cheick Ady M. Sakir Traoré, Faso Energy est un projet 100% burkinabè avec pour vocation et mission de produire des produits de meilleure qualité et de favoriser l’emploi local des jeunes.

Ainsi, avec une équipe dynamique, à compétences plurielles, tous de nationalité burkinabé constituée à 60% de femmes, la cinquantaine d’employés permanents de FASO ENERGY s’est donnée les moyens de certifier localement (ABNORM) et à l’international (TUV) la qualité des panneaux photovoltaïques issus de sa ligne de production.

Une ligne complète de production

Selon le directeur technique de Faso Energy, Sébastien Ouédraogo, les panneaux solaires sont fabriqués à partir d’une ligne de dernière génération utilisée par les plus grands fabricants en Europe et en Asie. La fabrication des panneaux solaires passe par plusieurs étapes dans l’unité de production de la société logée dans une grande salle avec une température constante de 23 à 240 C pour une bonne production.

Tout part de la pose d’un verre sur le convoyeur. Ensuite, vient la préparation de l’hévéa bleu qui servira à la formation des cellules qui seront déposées par chaîne sur du verre à l’aide du stringer. Une fois que le verre est plein de chaînes, il est envoyé sur la table de vérification des ingénieures, une équipe uniquement composée de filles. Elles sont chargées de vérifier la qualité des cellules et la qualité de la soudure. Ce sont elles aussi qui placeront la dernière couche d’hévéa et de backsheet. A en croire le directeur technique, le remplissage du verre de chaîne de cellules se fait au bout de 6mn.

Après cette étape, le verre de chaîne est convoyé sur le tapis de laminateur qui est un four de 145°c, dont on ressent la chaleur à quelques mètres. À l’intérieur de ce four, va se créer un système de vide, de chauffage afin de fondre l’hévéa durant une période de 18 minutes. Après ce temps, les panneaux passent à la phase de ventilation qui va durer 8 mn dans le but de les refroidir.

Ensuite, le panneau est envoyé pour cadrage sur le Framing après un passage à la table de découpe qui consiste à éliminer les résidus et surplus afin de donner les mêmes caractéristiques physiques à l’ensemble des panneaux de la même gamme. Cette étape s’achève par la pose de la boite de la jonction et la réalisation d’une inspection visuelle pour assurer au produit en cours de fabrication une bonne qualité esthétique.

Puis, vient l’étape la plus importante du processus, selon Sébastien Ouédraogo, le Flash Tester. « C’est là que nous déterminons les caractéristiques (la puissance, la tension, l’intensité) du panneau. À ce niveau déjà, on peut sans détour dire que le panneau est bon à 80%. Mais à Faso Energy, nous avons une ligne complète pour veiller vraiment à la qualité du produit fini », a-t-il insisté pour montrer la rigueur dans le processus. La dernière étape est le passage du panneau dans le « hi-pot », une machine qui va garantir la qualité du panneau et qui va donner le « OK » qui confirme l’excellente qualité du panneau.

Plusieurs certifications de qualité

C’est d’ailleurs cette rigueur qui lui a permis de se positionner comme 1er fabricant de panneaux solaires au Burkina Faso. En effet, malgré son jeune âge, l’entreprise s’est déjà fait un nom au Burkina Faso en marquant sa présence dans plusieurs villes du pays. Elle ira bientôt à la conquête de la sous-région, notamment la Côte d’Ivoire, le Mali et le Niger. Selon le coordonnateur général, l’entreprise a obtenu récemment une certification au niveau de l’ABENORM, et de la TUV qui est une certification internationale allemande. « Toute chose qui nous fortifie dans notre politique de qualité », se réjouit M. Traoré.

Du reste, la société a accompagné et continue d’accompagner beaucoup d’entreprises et d’installateurs dans la réalisation de projets liés à l’énergie solaire. Pour l’heure, elle a l’intention de réaliser une centrale solaire à autoconsommation afin de produire une grande partie de l’énergie dont l’usine aura besoin pour fonctionner.

En ce qui concerne son implantation au Burkina Faso, elle sait compter sur ses bons rapports avec le ministère de l’Énergie, le ministère du Commerce et ANEREE qui travaillent à faire de la régulation pour assainir le secteur actuellement inondé de produits solaires de tous genres. « Nous sommes en train de travailler afin qu’on donne une marge de préférence aux produits locaux. Dans ce monde globalisé, tout le monde essaie de faire un peu du protectionnisme sur ce qu’il produit. Il serait mieux que nos autorités regardent un peu dans ce sens pour que nous ayons une formule qui permettra la promotion et la valorisation des produits locaux », a-t-il souligné.

En effet, comme dans tous les secteurs en phase de développement, il existe des difficultés au niveau du solaire. Mais la principale difficulté reste, selon le coordonnateur général de Faso Energy, la présence de plusieurs produits (panneaux solaires) de mauvaise qualité et à vil prix qui décrédibilise les bons prestataires aux yeux des citoyens.

A cela, s’ajoute la préférence des populations pour les produits importés car jugeant ceux locaux plus chers. Le manque de personnel qualifié dans le domaine est également une difficulté. L’autre aspect qui impacte négativement le secteur est la non maîtrise de l’utilisation de l’énergie solaire par le citoyen, car le citoyen doit être au début et à la fin du processus (production, disponibilité et utilisation).

D’où la nécessité d’un entretien quotidien où de faire appel à un professionnel du métier. « Vous pouvez avoir les meilleurs équipements. Mais s’il n’y a pas d’entretien et si l’installation est mal faite et l’énergie mal utilisée, cela joue sur la durée de vie de l’équipement », avertit le coordonnateur général de Faso Energy.

A noter que les panneaux de Faso Energy ont une garantie produit de 12 ans et une garantie performance de 25 ans. Pour l’instant, la société travaille avec des grossistes repartis un peu partout à Ouagadougou dont certains bientôt à Bobo, dont il forme les installateurs.

Judith SANOU
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment