Élections 2020 : “Les signataires de l’accord n’accepteront pas des résultats entachés d’irrégularités”, Tahirou Barry

Pendant que le Commission électorale indépendante (CENI) est en train de donner les résultats de certaines provinces, les candidats signataires de l’accord politique de Ouagadougou marquent le doute quant à la crédibilité des résultats. Ils disent ne pas accepter ses résultats qu’ils qualifient entachés d’irrégularité et ne reflétant pas la volonté du peuple.

« Malgré nos multiples mises en garde contre toute proclamation précipitée des résultats, ce lundi 23 novembre, peu après 13 heures, la CENI a commencé à annoncer résultats de l’élection présidentielle, sur lesquels nous nous réservons de nous prononcer ultérieurement », lance Tahirou Barry, président du mois de la conférence des candidats signataires de l’accord politique de ouagadougo.

Pour eux, la CENI n’a pas suivi les dispositions du code électoral qui prévoient une compilation manuelle des résultats au niveaux des centres communaux de compilation. « La CENI a procédé à l’annonce de résultats largement favorables à la majorité sortante sans avoir procédé à cette compilation manuelle », disent-ils.

Plusieurs défaillances décelées par les candidats signataires de l’accord politique

Les candidats signataires de l’accord politique de Ouagadougou dénoncent une gestion chaotique et des élections et remettent en cause l’indépendance de la CENI.

Ils ont décelé des défaillances qui sont entre autres, la modification tardive et ‘‘informelle’’, du nombre et de la cartographie des bureaux de vote retenus pour les élections.

Tahirou Barry, président du mois des candidats signataires de l’accord politique affirme, « il est avéré que des bureaux de vote prévus pour être ouverts sont restés fermés alors que d’autres bureaux qui ne devraient pas s’ouvrir pour raison d’insécurité ont été ouverts à la dernière minute sans une concertation préalable des acteurs politiques et sans le quitus du Conseil constitutionnel comme il se devait ». Ce qui a conduit l’opposition à ne pas participer à la surveillance des activités électorales dans ces bureaux de vote.

Les candidats signataires ont noté aussi l’ouverture tardive et la non-ouverture de plusieurs dizaines de bureaux sur l’ensemble du territoire national.

L’absence des noms de certains électeurs, l’absence et l’acheminement tardif du matériel dont entre autres le procès-verbal qui constitue un document essentiel de vote dans des bureaux de vote de plusieurs localités.

« Un bureau a ainsi pu ouvrir seulement à 17 heures à Ouaga pour fermer à 18 heures. Des milliers d’électeurs ont été ainsi empêchés d’accomplir leur devoir citoyen ».

L’indépendance de le CENI remise en cause

Au vu de tous ces manquements, ils tirent la conclusion selon laquelle ‘‘l’ensemble du processus a été fortement émaillé de fraudes’’.

Pour eux, la CENI n’a pas été à la hauteur de la mission de bonne organisation des élections qui est à sa charge. Ce qui pénalise les candidats de l’opposition et jette un discrédit sur les résultats des scrutins dont la CENI a commencé l’annonce.

Les signataires de l’Accord politique de l’opposition disent donc ne pas accepter des résultats qui, à leur avis sont entachés d’irrégularité et qui ne reflètent pas la volonté du peuple burkinabé.

Nafisiatou Vebama 

Infowakat.net 

Related posts

Leave a Comment