Élection présidentielle : « Lamine Kouanda peut être candidat, mais pas candidat du CDP » (Achille Tapsoba)

Le congrès d’investiture du candidat du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) se tiendra le 26 juillet 2020 au palais des sports de Ouaga 2000. En marge de cet événement important pour le parti, le premier vice-président du CDP, Achille Tapsoba s’est prononcé sur les querelles internes au sein du parti.

« Lamine Kouanda peut être candidat, mais pas candidat du CDP », a déclaré Achille Tapsoba sur la candidature de Mahamadi Lamine Kouanda. Pour se justifier, le premier vice-président du CDP a indiqué que l’intéressé a eu l’occasion de devenir candidat au nom du CDP, mais ne l’a pas fait. « C’est le camarade (Lamine Kouanda) qui s’est exclu de la compétition », a indiqué Achille Tapsoba par rapport à la désignation du candidat du parti.

Le 10 juin 2020, le collège de proposition a élu Eddie Komboigo comme candidat du CDP à l’élection présidentielle de novembre 2020. Au départ, trois candidats étaient en lice (Eddie Komboigo, Yaya Zoungrana et Mahamadi Kouanda). A l’étape des élections, seuls les deux premiers ont pris part car le dossier du dernier étant jugé incomplet. Une situation que Mahamadi Kouanda n’a pas accepté, multipliant ainsi les sorties médiatiques.

Seulement, le président d’honneur du CDP a validé le choix porté sur Eddie Komboigo pour défendre les couleurs du parti. Là encore, Mahamadi Kouanda revient à la charge en annonçant sa candidature aux élections de novembre 2020 et déclare vouloir poursuivre le parti en justice afin d’invalider le choix porté sur Eddie Komboigo. Une déclaration qui a conduit à sa suspension des instances du parti. « Cette suspension est une mesure conservatoire en attendant de statuer sur son sort », a laissé entendre Achille Tapsoba.

« Le CDP n’est pas redevable à Kouanda »

Selon ses propos, Mahamadi Kouanda avait pris l’engagement de ne plus traduire le parti en justice mais il  n’a pas tenu parole. Sur le choix de Eddie Komboigo comme candidat du CDP, le premier vice-président du parti a indiqué que « lui-même (Mahamadi Lamine Kouanda) doit le savoir en son âme et conscience qu’il a déposé un dossier incomplet ».  Selon ses dires, le « CDP est un parti organisé » et tout se fait en fonction des règles et des textes bien précis. Les éléments qui manquaient au dossier de Mahamadi Kouanda étaient donc un certificat de nationalité et un casier judiciaire.

« Quand on a un âge assez avancé, il faut savoir accepter la vérité. On se doit d’être sérieux », a ajouté Achille Tapsoba. Il n’y a donc pas de marche arrière possible pour l’investiture de Eddie Komboigo. Rendez-vous est pris pour le 26 juillet 2020 du côté du palais des sports de Ouaga 2000. Le premier vice-président du parti a indiqué qu’ils vont démontrer que « le CDP n’est pas redevable à Kouanda ». 

C’est alors conscient des crises internes et de secousses que le parti s’engage dans la bataille des prochaines élections. « Nous sommes habitués à ces parodies de justice », s’est exprimé Achille Tapsoba. Revenant sur l’insurrection populaire de 2014, le numéro 2 du CDP a souligné que les évènements ont permis de renforcer le parti.

Basile SAMA

Burkina 24

Related posts

Leave a Comment