Election présidentielle 2022 : Marine Le Pen souhaite « nationaliser les autoroutes » et « privatiser l’audiovisuel public »

Avant sa rentrée politique, ce week-end à Fréjus, la candidate du Rassemblement national dévoile une partie de son programme dans les colonnes du « Figaro », jeudi.

A sept mois du premier tour de l’élection présidentielle, Marine Le Pen entre en campagne. Avant sa rentrée politique, ce week-end à Fréjus (Var), la candidate du Rassemblement national (RN) a dévoilé une partie de son programme, jeudi 9 septembre, dans les colonnes du Figaro. Avec notamment deux propositions : « la nationalisation des autoroutes » et « la privatisation de l’audiovisuel public ». « Nous sommes confrontés à une véritable spoliation des Français, explique-t-elle au sujet des autoroutes. Cela permettra de faire baisser de 10 à 15 % le prix des péages, de livrer un milliard et demi d’euros par an au budget de l’Etat et ainsi permettre la mise en œuvre de politiques de réaménagement du territoire. »

Mme Le Pen estime ensuite qu’avec « la privatisation de l’audiovisuel public », « c’est immédiatement 2,8 milliards de redevance [qui seraient rendus] aux Français ». Avec toutefois quelques exceptions qui resteraient dans le giron public : « L’audiovisuel d’outre-mer par exemple, comme la voix de la France dans le monde. Arte ne sera pas concerné et l’INA [Institut national de l’audiovisuel] sera transféré au ministère de la culture et intégrera les archives nationales. » 

Un référendum sur l’immigration

Dans cette interview au Figaro, la candidate du RN revient également sur son slogan de campagne, dévoilé mercredi, « Libertés chéries », expression inspirée du sixième couplet de La Marseillaise. En défendant « la liberté du peuple à choisir », elle propose notamment « la proportionnelle » et la mise en place d’« un référendum d’initiative populaire ». Autres sujets évoqués : « la sécurité » et « la problématique de l’environnement ».

Interrogée sur l’immigration, Mme Le Pen annonce qu’elle est « pour la suppression de tout mécanisme d’acquisition automatique de la nationalité française ». Avant de poursuivre :

« Celle-ci ne doit plus s’acquérir que par la filiation ou par le mérite. Le mariage ne devenant plus qu’un critère, parmi d’autres, pour décider d’une naturalisation. Je rendrai public, début octobre, le projet de loi que je soumettrai par référendum au lendemain de mon élection. »

Si l’abstention est, selon elle, « son principal adversaire » – après notamment des élections régionales et départementales marquées par un taux élevé –, elle revient sur son duel potentiel au second tour avec le président de la République. « Emmanuel Macron est le candidat décomplexé de la mondialisation. Je suis la candidate décomplexée de la nation, lance-t-elle. Que les Français s’y reprennent à deux présidentielles pour faire leur choix entre le mondialisme et la défense de la nation n’est pas étonnant. »

Pour lancer sa campagne, la présidente du RN transmettra, ce week-end à Fréjus, la présidence du parti à son numéro deux, Jordan Bardella, jusqu’aux élections. Elle y présentera aussi quelques membres de son équipe de campagne, qui sera conduite par l’ancien préfet Christophe Bay, secondé par Jean-Philippe Tanguy, transfuge de Debout la France. L’ancien présentateur de LCI Philippe Ballard en sera le directeur de la communication.

Le Monde

Related posts

Leave a Comment