Education nationale : La rentrée n’aura pas lieu le 28 avril 2020

En raison de l’épidémie de COVID 19, les écoles du Burkina Faso sont fermées depuis le 14 mars 2020. Prévue initialement pour le 30 mars, le 14 avril, le 21, puis le 28 avril, la réouverture des établissements scolaires ne se fera pas de sitôt.

La réouverture des établissements scolaires n’est pas possible ce mardi 28 avril et ne sera pas possible avant plusieurs jours parce que les conditions nécessaires à la reprise ne sont pas réunies. En effet, selon le document (dit de base signé par le directeur de cabinet du MENAPLN), avant la reprise effective des cours, le gouvernement et le Ministère devraient prendre quelques mesures importantes.

Des préalables administratifs du gouvernement

Comme préalable, il fallait que le Gouvernement lève la quarantaine de certaines villes, autorise la reprise du transport urbain et le transport interurbain, ouvre les marchés et assouplisse le couvre-feu. Si les deux dernières mesures sont prises ce n’est pas le cas pour les deux premières.
D’abord la levée de la quarantaine n’est pas effective pourtant elle est nécessaire pour le retour de plusieurs enseignants et leurs familles qui ont quitté leurs villes de résidence.

En plus de la levée de la quarantaine, la reprise des transports urbains et interurbains est nécessaire. Le transport interurbain est nécessaire pour que ceux qui se trouvent très loin de leurs lieux de résidence puissent les rejoindre tandis que le transport urbain est nécessaire car c’est le moyen de locomotion de certains élèves et enseignant. En claire il faut que les taxis et les bus reprennent service.

Les précautions du MENAPLN

Si le gouvernement venait à prendre les mesures qui relèvent de sa compétence, le Ministère en charge de l’éducation nationale devrait à son tour prendre quelques mesures de précautions, au risque de favoriser la propagation du coronavirus en milieux éducatifs. Il s’agit entre autres de la dotation des acteurs en savons et en masques. Pour les masques il en faudrait 12 millions d’unités. A ce jour on est très loin du compte malgré le recours à l’armée pour la conception. L’on pourrait ouvrir seulement les classes d’examens quand on aura environ 2 millions d’unités. Ce qui n’est pas le cas.

Il est a souligné que selon les sources bien introduites auprès du ministère, le nerf de la guerre n’est pas encore garanti. S’il y a bien des promesses de certains partenaires, les décaissements se font toujours attendre.

Voilà donc pourquoi la reprise ne sera pas possible dans la semaine du 28 avril, et, probablement pas avant la mi-mai. D’ici là, au moyen de la télé, de la radio et de l’internet, le MENAPLN tentera d’assurer la continuité pédagogique.

Imane Nadia

infowakat.net

Related posts

Leave a Comment