Education : L’ENEP de Tenkodogo officiellement inaugurée

Le Premier ministre Christophe Dabiré a procédé, le vendredi 18 septembre 2020, à l’inauguration de l’Ecole nationale des enseignants du primaire (ENEP) de Tenkodogo, baptisée désormais Direction régionale de l’Institut national de formation des personnels de l’éducation du Centre-Est. Cette cérémonie, qui traduit la marche du Burkina Faso vers une éducation de qualité, avait pour président le ministre en charge de l’Education nationale, Pr Stanislas Ouaro, et pour parrains sa Majesté Naaba Guiguimpole, dima de Zoungrantenga, et la ministre de la Santé, Dr Claudine Lougué.

La cérémonie du vendredi 18 septembre 2020 à l’ENEP de Tenkodogo a connu la présence de membres du gouvernement, d’autorités administratives, coutumières et religieuses de la région du Centre-Est et d’invités venus être témoins de l’inauguration officielle de ladite école qui a commencé à fonctionner depuis le 15 janvier 2017. Cette structure de formation financée par la Banque islamique de développement et l’Etat burkinabè à travers le Programme de développement de l’enseignement de base phase IV, vient allonger la liste des infrastructures réalisées ces cinq dernières années sur l’ensemble du territoire national au profit du système éducatif. Au moment où l’on procède à son baptême, ce joyau, qui fait la fierté de Tenkodogo et de toute la région du Centre-Est, a déjà produit trois promotions, soit 1 123 enseignants formés et mis à la disposition de système éducatif burkinabè, a indiqué avec satisfaction le directeur général, Clément Yaméogo.

Le DG de l’ENEP de Tenkodogo, deuxième à partir de la gauche

Bâtie sur une superficie de 47 hectares, l’ENEP de Tenkodogo dispose de bâtiments administratifs et pédagogiques composés d’un amphithéâtre de 500 places et de salles de classes d’une capacité de plus de 500 élèves. Pour ce qui concerne les unités d’hébergement, il y a sept blocs de dortoirs (dont trois dédiés aux filles et quatre aux garçons) avec une capacité d’hébergement de 480 lits. Il faut noter que tout cela s’accompagne d’un réfectoire pouvant servir environ 600 repas par service. C’est du moins ce qu’a confié le directeur général de l’Agence d’exécution et de management des projets de développement, Jean Urbain Korsaga, qui a assuré la maîtrise d’ouvrage déléguée pour la réalisation du projet de construction de l’ENEP de Tenkodogo.

L’amphithéâtre

« L’ensemble de ces infrastructures sont desservies par un réseau de voiries
aménagées avec un réseau d’assainissement et un système d’adduction d’eau potable à partir d’un château d’eau, fonctionnant en parfaite autonomie. On a aussi un groupe électrogène qui permet de secourir les installations en cas de rupture de la Sonabel », a-t-il précisé. Ces infrastructures ont coûté plus de trois milliards de F CFA. Avec un délai d’exécution de quinze mois environ, les travaux ont été menés avec le contrôle de structures spécialisées dont le LNBTP. Le contrôle technique a été assuré par un cabinet agréé. « Il y a aussi les structures du MENA qui ont accompagné localement le projet avec le maître d’ouvrage que nous sommes, afin de certifier les infrastructures qui ont été réalisées conformément aux dispositions techniques. Des garanties décennales sont également prévues pour pouvoir couvrir les malfaçons sur une période de dix ans », a conclu M. Korsaga.

Les infrastructures sont de qualité, rassure le DG de l’AGEM-développement, Jean Urbain Korsaga

« L’éducation est au centre des priorités du gouvernement »

Dans son intervention, le Premier ministre Christophe Dabiré a rappelé la symbolique de cette cérémonie d’inauguration. « Le 5 septembre 2020, le président du Faso a magnifié l’excellence à l’école en recevant les 103 élèves qui étaient considérés comme les étoiles de notre système éducatif. Ces 103 élèves, c’est le résultat d’une éducation réussie parce que nous avons à la disposition de notre système éducatif des professeurs et des enseignants qui ont été capables de conduire ces enfants jusqu’à ce qu’ils deviennent des stars. Notre volonté, c’est d’avancer dans ce domaine. Que l’année prochaine, ce ne soit pas simplement 103 étoiles mais qu’on en ait davantage », a-t-il expliqué. Pour y arriver, il faut des infrastructures équipées pour permettre aux élèves-enseignants d’être dans de bonnes conditions pour pouvoir réussir leur formation.

Signature du livre d’or

Au-delà de l’inauguration de l’ENEP de Tenkodogo, le Premier ministre souhaite que demain, ce soit l’ENEP de Manga ou celle de Bobo-Dioulasso. Il a émis le vœu de doter toutes les régions du pays d’écoles nationales d’enseignants du primaire. Cela permettra de renforcer les capacités de formation des formateurs au profit du système éducatif. Pour une éducation de qualité, le gouvernement est en train de construire des lycées professionnels, en plus des ENEP, pour que l’école quitte le domaine théorique pour aller vers la professionnalisation.

Les autorités coutumières étaient fortement représentés

« Si nous arrivons à réaliser les lycées professionnels et les lycées scientifiques qui sont en cours de construction, nous aurons davantage d’élèves qui vont être formés aux métiers et qui pourront ne plus être des gens que nous formons pour le chômage mais des gens qui, professionnellement, peuvent se réaliser dans notre système de développement économique et social », a déclaré le chef du gouvernement.

Le premier responsable de la représentation locale de la BID, deuxième après la dame en jaune

« La BID, toujours aux côtés du gouvernement »

Le premier responsable de la représentation locale de la BID a réitéré l’engagement de la banque à accompagner le Burkina Faso dans la mise en œuvre des politiques de développement du pays et dans les actions entreprises par le gouvernement pour l’amélioration des conditions de vie des populations, tout en affirmant que l’éducation étant une priorité du pays, elle l’est aussi pour la banque.

A ce sujet, Clément Hila a souligné qu’ils sont en échanges actuellement avec le gouvernement pour la mise en place prochaine de deux projets. Il s’agit du projet de scolarisation des enfants hors-école, d’un coût estimé de 23 milliards de F CFA, et du projet de développement de l’enseignement de base phase 5, d’un coût estimé de 14 milliards de F CFA. Ces interventions, si elles voient le jour, contribueront sans doute à l’amélioration des indicateurs de performances dans les domaines de l’enseignement primaire et post-primaire.

L’ENEP de Tenkodogo est un acquis déjà classé dans notre patrimoine, dixit le ministre Lougué

La représentante des parrains, le ministre de la Santé, Pr Claudine Lougué, a, pour sa part, exprimé ses remerciements au gouvernement, à la BID et à tous ceux qui ont œuvré à la réalisation de ce grand projet. Elle a aussi saisi l’occasion pour inviter le personnel et les stagiaires à faire bon usage des infrastructures afin de leur donner cent ans de vie, voire plus, sans ride. Pour ce faire, elle a dit la disponibilité des parrains à toujours les accompagner dans ce sens.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment