Education : Le ministre Ouaro constate la reprise des cours dans les classes d’examen

Après deux mois et demi de suspension, les cours ont repris dans les classes d’examen, ce lundi 1er juin 2020. Le constat a été fait par le ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales, au lycée privé Excelle 2000, à l’école primaire Patte d’Oie et au lycée professionnel régional du Centre, à Ouagadougou. Dans l’ensemble, tout se passe bien.

Elèves en classe de Terminale G2 au lycée privé Excelle 2000, Rabiatou Ouédraogo et Fadel Tao sont de retour en classe après la suspension des cours, le 16 mars dernier, en raison de la maladie à coronavirus. Pour cette première journée, pas de cours de Comptabilité, encore moins de Droit au programme. Les enseignants, comme partout ailleurs, ont débuté la journée par un module de sensibilisation sur le Covid-19, son mode de transmission et le respect des règles barrières.

Le ministre Stanislas Ouaro a lavé ses mains avant d’accéder dans les classes

Respect des mesures barrières

Pour la première étape de sa tournée dont l’objectif était de constater l’effectivité de la reprise des cours, le ministre de l’Education, Stanislas Ouaro, a été accueilli par le fondateur du lycée Excelle 2000, Harouna Toguyeni. Ici, ce sont 136 élèves répartis dans les classes de 3e, Terminale D et Terminale G2 qui ont repris les classes dans le strict respect des mesures barrières. En effet, plusieurs postes d’eau ont été installés à l’entrée de l’établissement pour permettre aux élèves de se laver les mains régulièrement et rapidement, avant d’accéder aux salles de classe. Outre cela, les responsables de l’établissement veillent au respect de la distanciation physique. Ainsi, les classes comptent un élève par table-blanc et ceux-ci portent des masques offerts à l’établissement par le ministère de l’Education.

Harouna Toguyeni, fondateur du lycée Excelle 2000

En cas de contamination dans un établissement…

« On ne le souhaite pas, mais si dans un établissement, il y a un cas de Covid-19, nous serons obligés, conformément aux directives du gouvernement, de fermer l’établissement pour deux semaines. Mais si on ferme pour deux semaines, ce ne sera pas l’examen qui sera repoussé. Cela va handicaper ces établissements par rapport à ceux qui poursuivent les cours », a répété le ministre Ouaro dans les classes visitées.

Une préparation en amont

Deuxième étape, l’école primaire publique Patte d’oie A et B, où 56 élèves de la classe de CM2 ont été répartis dans trois classes. En vue de réussir cette reprise, explique le directeur Bertrand Ouédraogo, l’école a organisé des rencontres préparatoires. Ainsi, tous les neuf enseignants (y compris le directeur) ont été mobilisés. « Pour l’instant, tout se passe bien », rassure le directeur, qui note que le ministère a mis à la disposition de l’école des masques de protection, deux par élève, et des dispositifs de lave-mains.

A l’école primaire publique Patte d’Oie, les 56 élèves de la classe de CM2 ont été répartis dans trois salles de classe

« Nous avons laissé la liberté aux responsables d’établissement, en rapport avec leur conseil de classes ou leur conseil d’enseignement, pour que tous les enseignants qui ont été réquisitionnés puissent s’organiser à faire respecter ces mesures et à mieux encadrer les élèves de façon à ce que le mois et demi de cours qu’ils ont à faire leur permette d’achever le programme, de mieux réviser et d’être suivis pour que les examens se passent dans de bonnes conditions », a laissé entendre le ministre Ouaro, qui a terminé sa mini-tournée au lycée professionnel régional du Centre, où il a visité les ateliers de Mécanique générale et de Mécanique auto.

A l’issue de sa tournée, le ministre de l’éducation a annoncé que des masques seront mis au fur et à mesure à la disposition des établissement

Couvrir les besoins en masques de protection

« Nous allons, au fur et à mesure, mettre à la disposition des établissements des cache-nez puisque nous n’avons pas la quantité qu’il faut à la date d’aujourd’hui pour que tous les élèves et les enseignants soient dotés de deux masques partout. Régulièrement, des missions partiront de Ouagadougou dans les régions pour renforcer davantage parce que Ouagadougou est le centre de production et les autres régions ont du mal à produire suffisamment de masques », a indiqué le ministre de l’Education, avant de donner rendez-vous aux élèves « très prochainement » pour célébrer la victoire sur le Covid-19 et le terrorisme, mais aussi la réussite aux examens du Baccalauréat, du BEPC et du CEP.

HFB
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment