Économie numérique et postes : Premier CASEM en mode virtuel pour Hadja Ouattara et son équipe

Covid-19 oblige, c’est par visioconférence que se tient, ce mardi 22 décembre, le 2e conseil d’administration du secteur ministériel du département du développement de l’économie numérique et des postes de l’année 2020. Une occasion pour la ministre Hadja Ouattara/Sanon de rappeler les résultats engrangés et d’exhorter ses collaborateurs à retrousser les manches pour relever les défis, dans un contexte de crise sanitaire et de réduction de budget due à la crise sécuritaire.

Alors que le Covid-19 mettait à genou plusieurs secteurs stratégiques de l’économie burkinabè, celui du numérique, malgré les difficultés, était en éveil et en quête de solutions pour assurer la continuité des activités économiques, donner un coup de pouce aux personnels de santé et rapprocher les populations tout en respectant la distanciation. En un mot, « notre secteur a permis à l’ensemble de la société d’être résiliente », dira la ministre du Développement de l’Economie numérique et des postes, Hadja Ouattara/Sanon, à la cérémonie d’ouverture du deuxième CASEM de son département.

La ministre Hadja Ouattara répondant aux questions d’un journaliste

Les acquis engrangés

La particularité de cette instance supérieure de décision ministérielle, c’est sa tenue en mode virtuel à travers l’application Zoom, en raison de la pandémie. Dans son allocution, Hadja Ouattara/Sanon a présenté les performances réalisées par le ministère. Il s’agit en autres de la pose de 699,89 km de fibre optique, la réalisation du point d’atterrissement virtuel et du point d’échange internet à Bobo-Dioulasso, l’acquisition de 15GB de la capacité de la bande passante, la mise en service de huit nœuds Cloud portant à ce jour à 101 services déployés sur la plateforme Cloud, le déploiement de 111 stations LTE, le raccordement de 423 bâtiments administratifs au réseau informatique national de l’administration, l’ouverture de nouvelles agences postales, l’organisation des fora de la poste et du commerce électronique, de la gouvernance de l’internet, de I’Open Source et des directeurs des services informatiques, etc.

La ministre a invité ses collaborateurs s’approprier les six principes directeurs qui sous-tendent la mise en oeuvre du plan d’actions ministériel 2021-2023

Un plan d’actions ministériel 2021-2023 estimé à plus de 49 milliards de F CFA

Tout en félicitant ses collaborateurs, la ministre les a invités à s’approprier les six principes directeurs qui sous-tendent la mise en œuvre du plan d’actions ministériel 2021-2023, estimé à 49 722 680 000 milliards de FCFA. Il s’agit de la participation et la responsabilisation, du leadership, de la gestion axée sur les résultats, du partenariat et de la subsidiarité, de l’inclusion et de la durabilité.

Ce plan d’actions ministériel, faut-il le rappeler, veut à l’horizon 2027, permettre au Burkina Faso de disposer « d’une économie numérique et des postes compétitives qui impactent positivement, durablement et de façon inclusive son développement »
D’ailleurs, cette session du CASEM, à en croire Hadja Ouattara/Sanon, permettra aux membres statutaires d’examiner et d’adopter le rapport d’évaluation de ce plan mais aussi celui du plan d’actions ministériel 2018-2020 et du programme d’activités 2021. Ils mèneront également des échanges sur l’état de mise en œuvre des recommandations de la précédente session. L’occasion a été pour la ministre d’inviter les participants à avoir un regard critique sur les différents documents qui seront présentés « afin que les enseignements tirés puissent permettre une mise en œuvre efficiente des missions assignées au ministère ».

HFB
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment