Développement de l’Afrique subsaharienne : Le numérique comme catalyseur, selon Huawei

Huawei Northern Africa a organisé une conférence de presse virtuelle le mardi 17 novembre 2020. Animé par le Vice-président en charge des relations publiques de l’Afrique subsaharienne, Loise Tamalgo, les échanges ont porté sur le rôle catalyseur du numérique pour le développement de l’Afrique. Les défis à relever pour une « numérisation » optimum de l’Afrique se sont également invités dans les débats.

Les Technologies de l’information et de la communication (TIC), plus particulièrement l’internet haut-débit, jouent désormais un rôle de premier plan dans le développement économique des pays. En Afrique subsaharienne, il y a encore des défis a relevés, encore faut-il une réelle volonté politique des gouvernants. C’est dans ce cadre que Huawei Northern Africa a initié une conférence de presse virtuelle, le mardi 17 novembre 2020.

« Le numérique comme catalyseur du sursaut africain », c’est sous ce thème que s’est tenue cette rencontre numérique animée par le Vice-président en charge des relations publiques pour l’Afrique Subsaharienne de Huawei Northern Afrique, Loise Tamalgo.

Selon des données récentes de la Banque mondiale, 4 milliards de personnes sont connectées dans le monde et près de 80% avec leur smartphone. En Afrique subsaharienne, on enregistre, d’après la même prospection, 456 millions de personnes d’utilisateurs du téléphone. Huawei Northern Africa y a contribué pour beaucoup, foi de M, Tamalgo. Au Burkina Faso, a-t-il fait savoir, elle a construit près de 2000 kilomètres de fibres optiques et a participé à la construction des réseaux 3G et 4G avec les trois opérateurs de téléphonie mobiles.

« Dans un contexte de transformation du continent, il y a nécessité d’adapter les contenus de formations et s’engager résolument vers le développement du numérique », a-t-il déclaré. Pour sa part, Huawei Northern Africa encourage l’éducation numérique. C’est pourquoi, à en croire le chargé des relations publiques pour l’Afrique subsaharienne, l’institution a investi dans 1500 bourses d’étude pour la formation et l’encadrement de près de 8000 ingénieurs du domaine. Aussi, a-t-il mentionné, Huawei a construit plus de la moitié du réseau 3G et 4G dans le monde.
Des défis à relever

Cependant beaucoup de défis restent encore à relever. Ces enjeux, a énuméré M. Tamalgo, se résumeraient au développement des infrastructures numériques, à la stabilisation de l’énergie, car 640 millions de personnes vivent dans le noir en Afrique. Autres défis a-t-il relevé, non des moindres, est celui du financement. Pour lui, en plus des autres initiatives, les dirigeants doivent engager une réelle volonté politique.

Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment