Député Noufou Ouédraogo: Salifou Diallo disait à Blaise: «Attention, ton ami nous combat à Ouahigouya» et Blaise lui disait de faire avec

Extraits de l’interview du député Noufou Ouédraogo, Ex président de l’Asfa yennega, ex président des supporters des Étalons (…) dans le journal Le Pays du 30 juillet 2019. 

Que pensez-vous de la gestion du pays par le pouvoir MPP ?

Le MPP ne gère pas bien le pays. Ce n’est pas moi qui le dis ; vous le constatez vous-même. Roch est mon ami. Le jour où je le verrai, je lui dirai de chasser tous ceux qui sont autour de lui et d’envoyer d’autres personnes.

Vous dites que Roch est votre ami ?

Si ! Il est mon ami et cela ne date pas d’aujourd’hui. Quand il était à la banque, il a été le premier à me donner 300 millions de F CFA comme crédit.

Roch est votre ami et pourquoi n’êtes-vous pas dans le parti de votre ami ?

Je n’aime pas le MPP. Même le CDP qui était le parti de mon ami Blaise Compaoré, je n’y ai jamais milité. Blaise est mon ami et je l’appelle aussi mon collègue mais je n’ai jamais été militant du CDP. Salifou Diallo, paix à son âme, disait à Blaise : « Attention, ton ami nous combat à Ouahigouya» et Blaise lui disait de faire avec .

Je suis allé voir Blaise Compaoré à Abidjan en Côte d’Ivoire mais ça ne m’intéresse pas d’être au CDP, n’en parlons pas au MPP.

Qu’avez-vous dit à Blaise Compaoré lors de votre visite ?

J’ai rendu visite à Blaise Compaoré et c’était purement humain. Je lui ai dit, « mon ami, tu es parti sans qu’on n’aie pu se voir. Dieu merci, tu es en bonne santé. Je souhaite qu’un jour, tu regagnes ton pays, le Burkina Faso ».

Quelle a été sa réponse ?

Il m’a remercié. Il a dit qu’il ne m’avait jamais oublié. Il m’a demandé le jour où je devais retourner au Burkina et je lui ai dit que c’était le lendemain. Là, il m’a dit de revenir le lendemain, plutôt que de repartir, pour qu’on échange davantage. Mais je lui ai fait comprendre que je lui avais dit tout ce que j’avais à dire et que si Dieu le voulait bien, je repasserais le voir une prochaine fois.

Souhai tez-vous  que Blaise Compaoré revienne au Burkina Faso ?

Je souhaite qu’il revienne au pays comme Amadou Toumani Touré (ATT) a pu regagner le Mali. Je souhaite qu’il revienne et qu’il puisse loger convenablement où il veut, que ce soit à Ziniaré ou à Ouagadougou. Je ne vois pas de problème en cela.

D’aucuns estiment que la disparition de feu Salifou Diallo laisse à l’ADF-RDA, le champ libre pour prendre le grand Nord. Qu’en dites-vous ?

Est-ce que Salifou nous a battus à Ouahigouya quand il était là ? Jamais ! On partageait la poire en deux. Nous n’avons pas souhaité la mort de Salifou Diallo que nous regrettons beaucoup. Avant sa mort, il est venu chez moi à Gounghin et il m’a dit : « Noufou, je te demande pardon pour tout ce que j’ai eu à faire et qui t’aurait offensé». D’ailleurs et je vais vous le dire, je n’ai jamais tenu rancune à Salifou Diallo. Après moi, il a appelé Gilbert et ils se sont rencontrés. Là aussi, il a demandé également pardon à Gilbert. On se demandait pourquoi il demandait pardon. Honnêtement, la mort de Salifou Diallo nous a touchés.

Extraits de l’interview du député Noufou Ouédraogo dans le journal Le Pays du 30 juillet 2019

Related posts

Leave a Comment