Déplacés internes au Burkina : « Chaque ménage sera doté d’une carte avec un numéro de code barre pour une meilleure prise en charge »

La ministre de la Femme, de la famille, de la solidarité nationale et de l’action humanitaire, Marie Laurence Marshall / Ilboudo, était face aux hommes et femmes de médias ce lundi 13 septembre 2021. Objectif, faire le point de la gestion par son département de plusieurs dossiers. Il s’agit notamment de la prise en charge des personnes déplacées internes (PDI) et des personnes sinistrées du fait des catastrophes naturelles ainsi que la protection et la promotion des certains groupes sociaux spécifiques. Des questions d’actualité portant sur le recensement des personnes déplacées internes ainsi que les allégations d’abus sur ces personnes, se sont aussi invitées à la partie.

A la date du 31 août 2021, le Burkina Faso enregistrait 1. 423. 378 personnes déplacées internes, accueillies dans 274 communes, ainsi que 20.829 sinistrés issus de 22 communes. Les services déconcentrés du ministère de l’action humanitaire, avec l’aide des partenaires techniques et financiers, apportent une prise en charge et un accompagnement psychosocial à ces personnes, à travers des dotations en vivres et en matériel de survie.

En ce qui concerne la prise en charge des PDI, elles sont au total 1.313.769 a avoir bénéficié d’une assistance alimentaire de 38 000 tonnes de vivres dans toutes les 13 régions du pays, avec une priorité accordée aux régions à forts défis sécuritaires dont le Centre-Nord, l’Est, le Nord et le Sahel. De plus, 63 158 kits d’articles ménagers essentiels ont été remis à des PDI dans les Régions de la du Boucle du Mouhoun, du Centre-Est, du Centre-Nord, de l’Est, du Nord et du Sahel, avec l’aide du Programme d’appui aux collectivités territoriales. 78.708 PDI et populations hôtes vulnérables ont aussi bénéficié de cash transferts pour un montant de 2.813.811.000 FCFA dans les zones d’intervention du projet « Filets sociaux ».

Pour permettre une meilleure pris en charge des PDI, chaque chef de ménage sera doté d’une carte comportant un numéro de code barre. En cas de déplacement, il n’aura qu’à communiquer ce numéro pour continuer à bénéficier des services de prise en charge offerts par les services de l’action humanitaire.

Pour ce qui est de la prise en charge des personnes sinistrées, il faut noter qu’un appui alimentaire a été apporté à 14.307 exploitants de la plaine de Bagré et à 3.160 victimes d’inondations à Fada N’Gourma. Un cash transfert par ménage à titre de contribution pour la réhabilitation des logements détruits par les inondations d’un montant de 250 000 francs CFA à été apporté à 135 ménages des communes de Kongoussi, Tougouri et Kaya. Et un accompagnement au relèvement a été apporté à 1 000 ménages dans les zones à risques, à raison de 500 000 FCFA par ménage, pour un montant global de 500 millions de francs CFA.

les chefs de ménage des déplacés internes seront dotés de cartes d’identification

S’agissant de la mobilité à risque et de la traite des enfants, 2.318 victimes ont été recensées selon les données du rapport national 2020. Au premier trimestre de l’année 2021, ce sont 374 enfants qui ont déjà été interceptés, selon les données collectées par la direction générale de la famille et de l’enfant. Les enfants et jeunes en situation de rue eux étaient estimés à 9 313, dont 1749 filles et 922 enfants de moins de 5 ans en 2016. Les actions entreprises pour le retrait des enfants et femmes en situation de rue, ont permis de retirer 2 218 enfants et 244 femmes de la rue.

Mis en place pour faciliter les dénonciations des cas de violences basées sur le genre, le numéro vert 80 00 12 87 a permis d’enregistrer entre mars et août 2021, 832 appels dont 555 cas de dénonciations de violences. Parmi ces 555 cas, on note 180 cas de violences physiques, 286 cas de violences psychologiques, 14 cas de violences sexuelles, 56 cas de violences culturelles, 19 cas de violences économiques/patrimoniales. Ces cas de violences ont concerné 473 femmes et 82 hommes.

Les actions menées en faveur des victimes par les services de Marie Laurence Ilboudo sont l’hébergement, la prise en charge alimentaire, la prise en charge sanitaire, la prise en charge psychologique, l’accompagnement juridique, le retour en famille, le référencement vers des structures mieux habilitées pour traiter certains cas.

Se prononçant sur des faits rapportés par nos confrères de Minute.bf selon lesquels des personnes déplacées internes échangereaient des faveurs sexuelles contre des vivres, la ministre de la solidarité nationale a affirmé qu’il il aurait fallu que le journal approche son ministère incriminé dans l’article, pour avoir sa version des faits avant toute publication, car il devrait pouvoir jouir de la présomption d’innocence et du droit à la défense. Mme Ilboudo dit ne pas occulter le fait qu’il y ait des agents indélicats dans ses rangs. C’est le cas de certains d’entre eux qui ont détourné des vivres destinées aux personnes déplacées internes et qui sont actuellement emprisonnés pour ces faits.

A l’en croire, les actes de ces quelques brebis galeuses ne doivent pas faire oublier le travail « formidable » que font les agents sur le terrain. « Plus que jamais, je suis cheffe de ce département et je suis fière de mes agents. Ils font un travail formidable. C’est d’ailleurs ce travail qui leur vaut aujourd’hui des jets de pierres parce qu’ils sont rigoureux, disciplinés et coordonnés. Ils ne vont pas baisser les bras pour cette discipline qui leur a été imposée par leur hiérarchie, pour faire du n’importe quoi.

Ils vont rester concentrés et disciplinés pour la réponse que l’on doit donner aux populations. Ce n’est pas parce qu’on va les traiter de voleurs ou de harceleurs sexuels qu’ils vont arrêter de faire correctement leur travail », a lâché Laurence Marshall/ Ilboudo.
Elle a promis revenir sur le sujet, une fois que les autorités judiciaires en charge de l’enquête auront livré leur verdict.

Armelle Ouédraogo
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment