Dédougou : Une forte mobilisation pour demander plus de sécurité dans la région

Les populations de la ville de Dédougou ont battu le pavé ce mardi 23 novembre 2021 pour demander plus de sécurité dans la région de la Boucle du Mouhoun en proie à l’insécurité depuis quelques années. Le grand marché de la ville et les différentes écoles ont été fermés dans la matinée.

« Non à la mauvaise gouvernance des FDS », « Sans exception tous les FDS cadres et non cadres au front », « Fin aux décorations à titre posthume », « Roch dégage », et « L’armée française doit partir ». Ce sont, entre autres, les slogans que l’on pouvait lire sur les banderoles et pancartes lors d’une manifestation ce mardi 23 novembre 2021 à Dédougou. En effet, la cité Bankuy était une ville morte ce matin car les populations sont sorties exprimer leur « ras-le-bol » face à l’insécurité dans la Boucle du Mouhoun. Les commerces, les établissements, le grand marché et certains services étaient fermés en raison de la manifestation.

Le grand marché de Dédougou fermé

Selon les manifestants, la situation sécuritaire est délétère dans la région de la Boucle du Mouhoun. « Notre région est au bord de l’effondrement face à l’incapacité du président Roch Kaboré et son gouvernement d’assurer la sécurité des populations du Burkina Faso en général, et de celles de la Boucle du Mouhoun en particulier. Des zones entières (Toéni, Gomboro, Lankoye, Barani, Sono, Di, Bourasso, Soukuy, Magnimasso…) sont pratiquement sous le contrôle des groupes terroristes », ont-ils déclaré. C’est face à la dégradation de la situation sécuritaire que des « filles et fils de la région de la Boucle du Mouhoun » sont sortis pour non seulement revendiquer de meilleures conditions de travail et de vie pour les FDS mais aussi rendre « un vibrant hommage aux FDS qui, contre vent et marées, se battent au front pour repousser les attaques et pour préserver l’intégrité de notre territoire national », disent-ils dans leur déclaration.

« Nous sommes sortis ce matin parce que nous sommes dépassés par les évènements. Nos frères gendarmes et policiers sont en train de mourir comme des poulets. Nous ne sommes pas d’accord », lâche un manifestant visiblement en colère.

Comme doléance, les manifestants appellent les autorités du pays à prendre des mesures fortes pour assurer la sécurité des populations et de leurs biens.

Yipénè NEBIE
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment