Culture : <>, (A.Ouattara)

Le syndicat national des artistes musiciens du Burkina Faso (SYNAMUB) dénonce une gestion calamiteuse du fond mis à la disposition du ministère de la culture pour venir en aide aux acteurs culturels et touristiques. D’une somme de 1 milliard 25 millions, le syndicat dit ne pas être associé au comité créé pour la gestion de cette somme. C’était ce jeudi 09 avril 2020.

Selon le SYNAMUB, il est inconcevable qu’après avoir interpellé le gouvernement dès le départ pour soutenir le monde de la culture, celui-ci n’ait pas été convié dans la commission pour discuter de la gestion de ces 1 milliard 25 millions. « Cela démontre l’esprit clanique et la gestion douteuse de la somme », indique le secrétaire général du SYNAMUB, Abdoul Kader Ouattara.

La Commission nationale de la culture (CNC) est chargée de la gestion de la somme. Mais, les artistes affirment ne pas le reconnaître comme une faîtière des musiciens. <<Ceux qui dirigent la CNC ne sont pas musiciens. Nous ne relevons d’aucune faîtière. On ne sait pas quand est-ce que la faîtière a été mise en place. Aucune organisation culturelle ne reconnait la CNC. Nous demandons la transparence dans la gestion du fonds alloué par le président >> dit Abdoul Kader Ouattara.

Le secrétaire du SYNAMUB, Abdoul Kader Ouattara

« La faîtière nous a rencontré et dire de faire des propositions et nous leur avons dit que nous ne pouvons pas faire des propositions à un comité qu’on ne reconnait pas. Dans le décret qui régule les fonds de promotion culturelle au niveau du ministère de la culture, il est dit que pour les cinéastes, la partie prenante doit être des cinéastes, pour les artistes musiciens, la partie prenante doit être des artistes musiciens. Mais dans notre cas, ceux qui dirigent la CNC ne sont pas musiciens », ajoute-il.

En plus de dénoncer la création de la CNC, le syndicat marque son désaccord du fait que le fonds serait reversé qu’aux entrepreneurs culturels. Cette décision est inacceptable selon le SYNAMUB, du moment que les artistes n’ont pas de statut. <<C’est à dire que si un artiste n’a pas de licence d’entrepreneur, il ne peut pas bénéficier du fonds. C’est de se foutre des acteurs culturels que de dire que le fonds est adressé aux entrepreneurs culturels>>, indique le secrétaire général du syndicat national des artistes musiciens du Burkina Faso, Abdoul Kader Ouattara.

Ainsi, le syndicat des artistes demande aux autorités en charge de la culture, de procéder au paiement par anticipation des droits de représentations des créateurs dans le mois d’avril au lieu du mois de mai comme prévu. Il demande qu’un fonds spécial de solidarité par le BBDA en faveur de ses ayants droit avec la participation des organisations des créateurs. Mettre des vivres à la disposition des acteurs culturels. Et gérer de façon transparente le fonds destiné à venir en aide aux acteurs culturels et touristiques en ces périodes difficiles.

Nafisiatou Vebama

Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment