Cryptomonnaies : Le pirate rend une partie de son butin record

DEBUT DE SOULAGEMENT Sur les plus de 600 millions de dollars volés, Poly Network affirme avoir récupéré « 260 millions de dollars (…) d’actifs

Tout est bien qui finit bien pour Poly Network et ses clients ? Pas encore tout à fait… La personne responsable du vol record mardi de cryptomonnaies a commencé à rendre les jetons numériques piratés, a fait savoir mercredi cette société spécialisée dans la finance décentralisée victime de cette affaire d’ escroquerie évaluée à 613 millions de dollars.

A 16 heures GMT (18 heures à Paris), « 260 millions de dollars (…) d’actifs avaient été rendus », a tweeté l’entreprise, dont « Ethereum : 3,3 millions. BinanceChain : 256 millions. OxPolygon : 1 million ». « Il manque encore 269 millions de dollars en Ethereum et 84 millions en Polygon », a précisé Poly Network.

Dans une lettre adressée aux pirates informatiques et publiée sur Twitter, l’entreprise avait exhorté les pirates à « rendre les actifs ». « Cet argent vient de dizaines de milliers de membres de la communauté crypto », avait affirmé la société. L’entreprise avait également publié les adresses utilisées par les hackers et appelé les détenteurs de portefeuilles de cryptomonnaies à les « blacklister ». SlowMist, une firme de cybersécurité, a depuis fait savoir qu’elle était sur la piste du pirate. « Notre équipe a trouvé le courriel de l’attaquant, son IP et des traces numériques », a-t-elle déclaré sur son blog.

L’affaire est surtout suivie de près par les acteurs de la finance décentralisée. « Au lieu de piller, devenez un hacker éthique ! Vous êtes important pour le futur de la décentralisation, pour normaliser la blockchain et la crypto et pour les rendre plus sûres ! » a ainsi tweeté@zero1_flux. « Je propose une récompense de 5-10 % pour les piratages de crypto », a répondu@BinomiaPool, qui développe une solution pour sécuriser les transferts. « Ce pourrait être une solution gagnant-gagnant : les pirates ne vont pas en prison. La communauté subit des pertes acceptables. Le code s’améliore ».

Les pratiques de pirates dits « white hat » (« chapeau blanc ») sont encouragées par certaines industries. Elles consistent, pour des entreprises ou institutions, à offrir des récompenses à ces hackers pour trouver les failles dans leurs systèmes et ensuite les renforcer. Alors éthique ou vol ? Au pirate maintenant de dire de quel côté de la barrière il se trouve.

Related posts

Leave a Comment