COVID-19 : « Ne baissons pas la garde face à cette pandémie », rappellent des organisations de la société civile

Malgré la tendance à la baisse au Burkina, de la maladie à coronavirus, les autorités et les spécialistes de la santé appellent à ne pas baisser le niveau de vigilance, ce d’autant que l’actualité est à une inquiétante rechute de certains pays. C’est dans ce souci que la Ligue des Consommateurs du Burkina (LCB) et l’Afrique Contre le Tabac (ACONTA) ont, le mardi, 7 juillet 2020 à Ouagadougou, organisé une conférence de presse pour parler d’une campagne de sensibiliser des populations à maintenir la vigilance.

« Ne baissons pas la garde face à cette pandémie qui a endeuillé des familles dans notre pays. La lutte contre cette pandémie doit être permanente. C’est pourquoi la Ligue des Consommateurs du Burkina (LCB) et Afrique contre le tabac (ACONTA) s’étaient mobilisées (on se souvient de la déclaration de ACONTA le 31 mai lors de la commémoration de la journée mondiale sans tabac) et continuent de se mobiliser pour répondre à cette urgence sanitaire », ont déclaré les co-conférenciers, Dasmanè Traoré, président de la LCB et Salif Nikiéma, coordonnateur de l’ACONTA, se félicitant des initiatives de l’Etat et des personnes privées dans le cadre de cette lutte. Occasion pour revenir sur les mesures édictées par l’autorité et inviter les populations à ne pas baisser de vigilance quant à leur « strict respect ».

Cela est nécessaire au regard de la remontée des chiffres de contamination dans certains pays. C’est dans cette préoccupation que « la LCB et ACONTA, avec le soutien d’autres partenaires tels Resolve to Save Lives, Vital Strategies et l’Association pour la Défense des Droits des Consommateurs du Tchad (ADC Tchad), tiennent à porter à la connaissance du public que des actions de communication sur la COVID-19 sont en cours afin de permettre aux populations de rester vigilantes et d’interrompre le circuit de transmission et de contamination de la maladie ». Un impératif, de l’avis des conférenciers, dans un contexte où l’on annonce la réouverture des frontières et au regard, depuis des semaines, du nombre de cas importés.

Les conférenciers se disent convaincus que les efforts doivent être poursuivis pour rompre la chaîne de transmission du virus et combattre définitivement sa propagation.

C’est dans ce cadre qu’il est prévu, dans les actions de communication-sensibilisation, la production de capsules-vidéos de sensibilisation sur la COVID-19, la production de support de communication audio, des émissions radios et télés. Ces actions de communication se feront par la télé et la radio afin de maintenir la sensibilisation à l’endroit des populations contre la propagation de la maladie. Ce qui pourrait contribuer à ralentir, voire diminuer considérablement, l’effet de contagion. L’action se déploiera à travers les langues français, mooré et dioula

A la date du 7 juillet 2020, la situation de la maladie à coronavirus au Burkina présentait 16 nouveaux cas, 2 guérisons et 00 décès. Ce qui portait à la même date, le nombre de cas actifs ou sous traitement à 103. Depuis son apparition le 9 mars 2020, le Burkina totalisait ainsi 1 020 cas confirmés (365 femmes et 655 hommes). Le total des guérisons était de 864 et 53 décès.

O.L

Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment