Covid-19 dans le monde : la Chine s’oppose à une nouvelle enquête de l’OMS sur son sol pour rechercher les origines du virus

Israël va proposer une troisième dose de vaccin dès l’âge de 50 ans. Aux Etats-Unis, le rappel vaccinal est également encouragé, mais uniquement pour les personnes immunodéprimées.

Une jeune fille fait un dépistage de Covid-19, à Pékin, en Chine, le 6 août 2021. TINGSHU WANG / REUTERS

La pandémie de Covid-19 a fait au moins 4,3 millions de morts dans le monde depuis décembre 2019, selon un bilan établi par l’Agence France-Presse (AFP) à partir de sources officielles, jeudi 12 août. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé.

•Origine du Covid-19 : la Chine s’oppose à une nouvelle enquête de l’OMS sur son sol

La Chine a rejeté, vendredi 13 août, l’appel de l’OMS à une nouvelle enquête sur son territoire pour déterminer les origines du Covid-19, exhortant à une approche « scientifique » et non « politique ». La veille, l’OMS avait exhorté tous les pays à publier « toutes les données sur le virus ». Un appel adressé notamment à la Chine, où la fuite du coronavirus depuis un laboratoire de Wuhan, ville où il a été détecté à la fin de 2019, reste une éventualité.

Une équipe d’experts envoyés par l’OMS s’était rendue à Wuhan en janvier. Leur rapport, rédigé en collaboration avec des spécialistes chinois, n’avait pas permis d’établir de conclusion définitive sur l’origine du virus. L’étude estimait notamment que le passage du coronavirus de la chauve-souris à l’homme par le biais d’un animal intermédiaire est le scénario le plus probable. Elle jugeait « extrêmement improbable » que le virus provienne d’un laboratoire.

Pékin a réitéré, vendredi, sa position défendue depuis plusieurs mois : l’enquête initiale Chine-OMS est suffisante et les demandes de données supplémentaires sont motivées par des arrière-pensées politiques. « Nous soutenons une recherche basée sur la science » et « nous sommes opposés à la politisation de la recherche des origines » du virus, a déclaré Ma Zhaoxu, vice-ministre des affaires étrangères chinois, lors d’une conférence de presse en ligne.
Article réservé à nos abonnés Lire aussi | Sept questions-clés sur l’origine de la pandémie de Covid-19 •Israël va proposer une troisième dose de vaccin dès l’âge de 50 ans

Une dose de Pfizer administrée à Jérusalem, mercredi 11 août 2021. HAZEM BADER / AFP

Le gouvernement israélien a abaissé, dans la nuit de jeudi à vendredi, à 50 ans l’âge minimum pour se faire administrer une troisième dose de vaccin anti-Covid-19.

L’Etat hébreu avait lancé il y a deux semaines une initiative afin de permettre aux personnes âgées de 60 ans et plus à se faire administrer une troisième dose du produit de Pfizer-BioNTech et ce, bien que l’Agence américaine du médicament (FDA), dont le pays suit en général les recommandations, n’ait pas statué sur cette pratique.

Cette campagne a permis d’administrer des doses de rappel à plus de 770 000 Israéliens, selon les dernières données du ministère de la santé.

L’OMS avait toutefois appelé à un moratoire sur ces doses de rappel afin de laisser plus de vaccins disponibles pour les pays pauvres, où le taux de vaccination reste faible. Le premier ministre israélien, Naftali Bennett, avait rétorqué que l’administration de ces doses n’allait pas affecter les stocks mondiaux et permettre de tester l’efficacité de la troisième dose.
Article réservé à nos abonnés Lire aussi | L’injection d’une troisième dose de vaccin est-elle nécessaire pour lutter contre le Covid-19 ? •Les Etats-Unis autorisent une troisième dose de vaccin pour les personnes immunodéprimées

Le rappel vaccinal est également encouragé aux Etats-Unis, mais uniquement pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli, afin de renforcer leur protection contre la maladie, a annoncé, jeudi, l’Agence américaine des médicaments (FDA).

« Le pays est entré dans une nouvelle vague de la pandémie de Covid-19, et la FDA a pleinement conscience du fait que les personnes immunodéprimées sont particulièrement à risque de contracter une maladie grave », a avancé la commissaire par intérim de l’agence, Janet Woodcock, dans un communiqué, pour expliquer cette autorisation.

Cette troisième dose est destinée aux receveurs de greffe d’organes solides ou à ceux dont le système immunitaire est affaibli, est-il précisé dans le communiqué. « Les autres personnes qui ont le schéma vaccinal complet sont dûment protégées et n’ont pas besoin d’une dose supplémentaire de vaccin anti-Covid à ce jour », a ajouté Mme Woodcock.
•Lancement d’un programme international d’étude sur le Covid long

La recherche sur les cas de Covid long a fait un pas en avant, jeudi, avec le lancement d’une étude internationale visant à recueillir des données standardisées sur cette maladie. L’OMS et le Consortium international sur les infections respiratoires aiguës sévères et émergentes (Isaric) ont annoncé le lancement d’un projet visant à rassembler des données afin de mieux cerner les caractéristiques des cas de Covid long.

Dans une déclaration transmise par l’OMS, l’Isaric a déclaré que le Covid long, qui reste l’un des aspects les moins bien compris de la pandémie, était une « crise sanitaire mondiale émergente ». On sait peu de choses sur les raisons pour lesquelles certaines personnes, après avoir traversé la phase aiguë de l’infection, ont du mal à se rétablir et souffrent de symptômes persistants tels que l’essoufflement, une fatigue extrême et des affections cérébrales, ainsi que des troubles cardiaques et neurologiques.

Le Monde avec AFP

Related posts

Leave a Comment