Covid-19 : 2 431 Burkinabè bloqués à l’étranger sont rentrés au bercail

Alpha Barry, ministre des affaires étrangères et de la coopération, a dressé ce lundi 3 août 2020, le bilan de la situation des Burkinabè bloqués à l’étranger à cause du Covid-19. Il en est ressorti que depuis le 21 mars 2020, date de la fermeture des frontières, jusqu’à la date du 30 juillet 2020, 843 autorisations de sortie et d’entrée ont été accordées à 11.647 personnes dont 2.431 Burkinabè.

Le 21 mars 2020, le Burkina Faso  a décidé de fermer ses frontières à cause de la pandémie de Covid-19. Une situation qui a occasionné le blocage de certains Burkinabè en voyage à l’étranger. Parmi eux, des commerçants, des fonctionnaires en fin de mission, des étudiants en fin de formation, des malades partis pour des soins.

Ce lundi 3 août 2020, le ministre des affaires étrangères, Alpha Barry, a fait le point  de la situation. Il a relevé que de la date du 21 mars au 30 juillet, 843 autorisations de sortie et d’entrée ont été octroyées à 11.647 personnes. Parmi lesquelles, 2.431 citoyens burkinabè.

« Parmi ces 11.647 personnes, certains disposaient de moyens pour leur déplacement. Il s’agit essentiellement de nos compatriotes qui se sont vus bloqués dans les pays voisins comme le Mali, le Niger, le Togo, le Ghana et la Côte d’Ivoire », a fait noter Alpha Barry.

Le ministre des affaires étrangères a indiqué que, dans ces conditions, la plupart de ces voyageurs burkinabè se trouvaient en situation irrégulière où leur visa de séjour s’expirait.

Des négociations de haut niveau

« La première des actions du ministère des affaires étrangères et de la coopération a consisté à écrire aux différents pays pour obtenir une prolongation des visas des Burkinabè chez eux pour cause de la fermeture des frontières. C’est un acte de réciprocité. Beaucoup de pays ont aussi demandé cette faveur au Burkina Faso », a-t-il expliqué.

A l’en croire, ces opérations ont valu des négociations de haut niveau. « Souvent avec l’intervention du Président du Faso », a ajouté le ministre. Et ce, pour avoir d’une part l’accord de principe des compagnies et l’autorisation de survol et d’atterrissage sur le territoire de ces pays. Et d’autre part, avoir l’autorisation de sortie ou de transit.

« C’est dans ces conditions que le ministère a pu, en bonne collaboration avec le ministère de la santé et l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC), organiser 39 opérations de rapatriement dans 16 pays différents. Ces 39 opérations ont permis de faire rentrer au pays 2.431 Burkinabè, à la date du 30 juillet 2020 », a-t-il précisé. Des 39 opérations, 34 ont été réalisées par voie aérienne et 5 autres par voie terrestre. 

 329 autorisations de survol et d’atterrissage octroyées par l’ANAC

Alpha Barry a confié également que toutes les autorisations de survol et d’atterrissage sont passées par le ministère des affaires étrangères. « A la date du 30 juillet, ces autorisations se chiffrent comme suit : 187 autorisations de survol du territoire et 142 autorisations de survol et d’atterrissage », a-t-il relevé. Il a également souligné que toutes ces autorisations, 329 au total, ont été délivrées par l’ANAC.

Le ministre a aussi informé que pendant la même période, le Burkina Faso a réussi à faire voyager 204 tonnes de mangues vers l’Allemagne.

En rappel, 1.716 personnes dont des Africains, Européens et Asiatiques ont bénéficié des services du ministère des affaires étrangères pour sortir du « Pays des Hommes intègres ».

Willy SAGBE

Burkina 24

Related posts

Leave a Comment