Couvre-feu covid19 : les commerces s’adaptent tant bien que mal

Dans son discours à la nation burkinabé sur le COVID19 le 20 mars dernier, le président Rock Kaboré a pris de nombreuses mesures afin de contenir la propagation de la maladie. Entre-autres mesures, l’instauration du couvre-feu sur toute l’étendue du territoire de 19h à 05h du matin. Une nouvelle situation qui pousse les commerces à se réorganiser. 

Il est 10h30 lorsque l’équipe de Infowakat.net arrive à la boutique de vente de vêtement, shop élégance. Dès l’entrée, un dispositif de protection y est installé, impossible d’y avoir accès sans passer par le rituel.

Selon l’un des responsables de la boutiques, Pascal Bassono, ces mesures sont prises pour protéger les travailleurs et les clients. « Nous avons doté le personnel de matériel de protection, tel que les gants et les cache-nez ; quant aux clients nous avons mis un dispositif à l’entrée de la boutique qui consiste au lavage des mains, puis la pulvérisation avec les désinfectants avant d’y avoir accès ».

Quant à la question du couvre-feu, déjà en vigueur, Pascal Bassono souligne l’impact de ces règles sur le chiffre d’affaire de sa boutique. « Avant le couvre-feu, nous ouvrions à 8h et fermions à 20h ou 20h30. Avec ces nouvelles mesures, nous dû changer. Maintenant nous fermons à partir de 17h, afin de permettre à tous d’être à la maison à temps. L’heure de fermeture rabaissé joue aussi, car la plupart du temps c’est dans l’après-midi et les soirs que les clients viennent, donc cela joue sur le chiffre d’affaire. Mais bien avant le couvre-feu, la question du coronavirus avait déjà eu un impact négatif sur nos affaires, vue que les gens ne sortent plus ! » a-t-il ajouté.

Pascal Bassono

Moumouni, lui est gestionnaire d’alimentation. Et de son avis, ce couvre-feu est salutaire. Lui aussi a du r les heures de fermetures qui était de 23h passent maintenant à 17h. « Je pense que cette mesure permettra en quelques sortes de réduire les dégâts, quand même cela va beaucoup jouer sur notre chiffre d’affaire. Mais on n’a pas le choix ».

Si pour certains le couvre-feu est la bienvenue, d’autres par contre l’accueillent mal. C’est le cas de Abdoulaye Dao, commerçant dans une boutique de produit cosmétique, qui pense que ce couvre-feu n’a pas raison d’être. « Ce n’est pas en instaurant le couvre-feu que la situation va changer. Qu’on l’ait instauré ou pas, le virus est déjà au pays » a-t-il dit. Il ajoute de ce fait qu’il est maintenant obligé de fermer plus tôt, soit à 18h.

Certains débits de boisson, en guise de conformité au règlement en vigueur, ont tout simplement décidé de mettre les clés sous le paillasson!

Alex SOME (Stagiaire)
Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment