Cour Pénale Internationale (CPI) : L’acquittement de Laurent Gbagbo confirmé

La CPI a confirmé ce mercredi 31 mars 2021, l’acquittement prononcé en 2019 de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo. Il était poursuivi pour crimes contre l’humanité liés aux violences post-électorales en 2010 et 2011. Son co-accusé Charles Blé Goudé est également libre.

C’est la fin d’un marathon. Le procès aura duré près de 10 ans après l’ouverture du dossier. « La chambre d’appel rejette l’appel du procureur et confirme la décision de la chambre de première instance. » C’est par ces mots que le président de la chambre d’appel de la Cour pénale internationale, le Nigérian Chile Eboe-Osuji, a confirmé l’acquittement de Laurent Gbagbo, 75 ans.

Rappelons qu’en première instance, les juges avaient estimé que les preuves à charge étaient insuffisantes. « La procureure n’a pas étayé l’allégation d’existence d’une politique ayant pour but d’attaquer une population civile sur la base de modes opératoires récurrents auxquels auraient répondu les violences et d’autres éléments de preuve indirects cités à l’appui de cette allégation », avait fait remarquer les juges.

Le bureau de la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, avait estimé que les magistrats n’avaient pas rendu une décision motivée en bonne et due forme et avaient commis des erreurs de droit et de procédure.

La procureure Bensouda a alors interjeté appel en septembre 2019, huit mois après l’acquittement. « L’appel démontrera que la chambre de première instance a commis des erreurs de droit et de procédure qui ont abouti à l’acquittement de M. Gbagbo et de M. Blé Goudé pour tous les chefs d’accusation », avait-elle laissé entendre.

Cette décision de la chambre d’appel de la CPI constitue une défaite de plus pour Fatou Bensouda. Son bilan est en effet jugé mitigé. Après 9 ans à la tête de la CPI, son bilan est marqué par les débats sur l’impartialité de la Cour, les affaires Jean Pierre Bemba et Laurent Gbagbo. Ces deux dossiers demeurent par ailleurs, ses plus grands échecs.

En 2018, Jean Pierre Bemba, le président du Mouvement de libération du Congo, est non seulement acquitté des « crimes de guerre et crimes contre l’humanité » pour lesquels il était poursuivi, mais il est parti jusqu’à réclamer plus de 68 millions d’euros d’indemnisation et dommages et intérêts à la CPI pour ses années passées en prison.

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, accusés de quatre chefs d’accusation (meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains) ont passé le clair de leur temps à clamer leur innocence. Ils recouvrent désormais la liberté effective. Le moins à dire est que cette décision de la CPI passera mal auprès des parents des victimes (3 000 morts) en Côte d’Ivoire.

En 2019, ils avaient bruyamment exprimé leur mécontentement à la suite de l’acquittement de Gbagbo et Blé Goudé en première instance. Quant aux deux ex-prisonniers, l’enjeu maintenant c’est de regagner leur pays, la Côte d’Ivoire.

Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment