Côte d’Ivoire : pluie de sollicitations de la candidature d’Alassane Ouattara

Au lendemain de l’inhumation du Premier ministre ivoirien Amadou Gon, désigné à l’unanimité comme candidat du parti au pouvoir le Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix, RHDP, le 12 Mars 2020 dernier au palais des congrès à Abidjan, le pays assiste à la tenue de plusieurs cérémonies dirigées par des chefs traditionnels, des cadres de ce parti invitant le président Alassane Ouattara à briguer un autre mandat. Pour l’opposition, il s’agit d’une pure mise en scène orchestrée par le pouvoir en vue d’ « un troisième mandat anticonstitutionnel. »

Toutes les régions de la Côte d’Ivoire avec à leurs têtes les chefs traditionnels et les cadres et élus du Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix, RHDP, se sont mises dans la danse pour inviter avec insistance le chef de l’Etat ivoirien à briguer un autre mandat, le premier de la troisième République selon eux. Mais pour l’opposition, ce serait un mandat de trop et contre les dispositions de la loi fondamentale ivoirienne.

Pour Adama Bictogo, le directeur exécutif du RHDP, ce mandat d’Alassane Ouattara interviendrait dans un contexte de « force majeure » donc amplement justifié.

Après le ballet des chefs traditionnels de la quasi-totalité des régions de la Côte d’Ivoire à la résidence du chef de l’Etat à Korhogo au lendemain de l’inhumation  de son filleul Amadou Gon Coulibaly, appelant à voir Alassane Ouattara à revenir sur sa décision de laisser « la place à une nouvelle génération », c’est au tour d’Hamed Bakayoko au nom des populations du « Woroba », dans le Nord du pays, de demander « avec insistance au président d’accepter de se porter candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2020.

Guerre de succession au sein du Rhdp

A en croire Hamed Bakayoko, « les fils et filles du district du Woroba ont toujours été de tous les combats aux côtés du président Alassane Ouattara pour la liberté et la paix avec un engagement sans faille basé sur la loyauté et la fidélité, avant de souhaiter que, notre parti doit continuer à maintenir ce climat de paix, de sécurité et de cohésion sociale dans le quotidien des Ivoiriens et à promouvoir le développement », a-t-il fait savoir.

Cette sortie d’Hamed Bakayoko vient mettre quelque peu fin aux rumeurs de velléité de sa part à succéder au défunt Amadou Gon Coulibaly en tant que candidat du Rhdp et d’implosion du parti au pouvoir au cas où une autre personne serait désignée pour cette importante échéance.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire.

Related posts

Leave a Comment