Côte d’Ivoire : Amadou Gon Coulibaly, le candidat contesté

Après l’annonce du chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, de ne pas briguer un troisième mandat à la présidentielle de 2020, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) a désigné, jeudi 12 mars 2020, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly pour porter les couleurs du parti à la présidentielle du 31 octobre. Pourquoi le choix de Gon Coulibaly par le RHDP ? Ce choix annonce-t-il l’implosion du parti ?

Depuis que le président Alassane Ouattara a annoncé qu’il ne briguera pas un troisième mandat, les volontés de candidature à la présidentielle d’octobre 2020 vont bon train. Et les appétits voraces des uns et des autres s’amplifient. Ainsi, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), à l’occasion d’un conseil politique extraordinaire, a désigné, par consensus, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, candidat à la présentielle de 2020.

La désignation d’Amadou Gon Coulibaly est tout sauf une surprise, car, selon les observateurs de la scène politique ivoirienne, il était pressenti et son nom revenait avec insistance dans les coulisses. C’est ainsi qu’à l’occasion du conseil politique extraordinaire du parti, il a été désigné à l’unanimité pour porter les couleurs du RHDP. Tour à tour, après cette désignation, les poids lourds du RHDP se sont succédé à la tribune pour louer les mérites de leur candidat.

En effet, au sein de la grande famille RHDP, certains cadres présentent Amadou Gon Coulibaly comme celui qui incarne l’image de cette nouvelle génération qu’Alassane Ouattara souhaite voir accéder au pouvoir. Ils avancent que « le président Alassane Ouattara a toujours eu une confiance absolue en son fidèle Premier ministre ». Et que « les deux hommes se connaissent depuis plus de 30 ans et ont tout connu ensemble : le pouvoir, la marginalisation, l’opposition, la guerre, la crise postélectorale, puis le pouvoir ».

Le RHDP, en désignant le Premier ministre Gon Coulibaly, s’inscrit donc dans la volonté du président Alassane de transmettre le flambeau à une autre génération. Une génération sur laquelle il semble avoir une mainmise.

C’est pourquoi, le choix d’Alassane Ouattara ne fait pas l’unanimité au sein du parti. Et les langues commencent à se délier. En effet, juste après ce choix de Gon Coulibaly pour porter les couleurs du RHDP, des grincements de dents se font sentir dans le parti. Et certaines déclarations de cadres laissent croire que le RHDP risque de tomber dans une zone de turbulences.

Ainsi, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Albert Toikeusse Mabri semble avoir du mal à accepter le choix de Gon Coulibaly. Il a même marqué sa déception en estimant que « ce choix ne reflète pas la réalité du terrain ». En plus de Mabri, il y a le ministre en charge des Affaires étrangères, Marcel Amon-Tanoh. Ce dernier a décidé de prendre son destin en main. Le chef de la diplomatie ivoirienne a brillé par son absence lors de ce conseil politique du RHDP.

Toutes ces réactions montrent que les liges bougent au sein du RHDP. Et que certains cadres attendaient le retrait du capitaine du navire pour manifester leur ambition. Ce qui signifie que, dans les jours à venir, des ruptures probables seront observées au sein du parti, ou que tout le monde rentrera dans le rang pour faire bloc derrière le candidat du parti.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment