Coronavirus : Des personnes intoxiquées par l’hydroxychloroquine

Le Coronavirus (Covid-19) continue de toucher la population mondiale, et avec son lot de conséquences. Des essais cliniques sont en cours afin d’arriver à bout de cette pandémie. Pendant ce temps, il y a des gens qui pratiquent l’automédication comme mesure de précaution. Plusieurs personnes se sont intoxiquées suite à la prise d’un dérivé de la chloroquine : l’hydroxychloroquine.

On ne le dira jamais assez. L’automédication est dangereuse pour la santé. Malgré ce conseil des médecins, la pilule passe difficilement chez certaines personnes. En effet, depuis l’annonce de l’usage de la chloroquine sur certains patients atteints du Coronavirus (Covid-19) par le professeur Didier Raoult, qui a eu du succès, un intérêt particulier est apporté à cet antipaludéen.

La chloroquine est ainsi devenue ‘’le remède ou le vaccin’’ pour beaucoup de gens. Sans prescription préalable des médecins, il y a ceux qui ont commencé à prendre le produit en guise de vaccin ou de traitement. Les conséquences de cette attitude ne se sont pas fait attendre.

En France, précisément dans la Nouvelle-Aquitaine, plusieurs personnes ont été admises en réanimation, à cause d’une intoxication à l’hydroxychloroquine, un dérivé de la chloroquine, rapporte l’Agence régionale de santé (ARS) citée par le journal France Bleu. « L’hydroxychloroquine a en effet provoqué des problèmes cardiaques chez patients, qui présentaient des symptômes du Covid-19 », précise le journal.

« Les effets secondaires de la chloroquine sont surtout cardiaques. Et puis elle ne réagit pas bien avec les neuroleptiques, les antidépresseurs ou encore les diurétiques. Enfin, si vous prenez de votre chef de la chloroquine mais que vous manquez de potassium dans le sang, le risque cardiaque est fortement majoré », prévient l’ARS.

Au Burkina Faso, pour faire face au Covid-19, le gouvernement a décidé d’initier deux essais cliniques : la Chloroquine (CHLORAZ) et le phytomédicament (APIVIRINE). Au cours d’une interview accordée à Lefaso.net, le Pr Maxime Drabo, membre de l’équipe CHLORAZ, a donné des informations sur les travaux cours. Il a également insisté sur les risques de l’automédication.

« Il faut absolument éviter l’automédication dans l’application des protocoles thérapeutiques que nous voulons tester dans l’essai clinique en cours. La chloroquine présente une toxicité prouvée sur les systèmes nerveux, cardiaque, hépatique, oculaire et rénal. En effet, la dose thérapeutique de la chloroquine (20mg/kg) est proche de la dose toxique (30mg/kg) qui elle-même est proche de la dose létale (40 mg/kg) », a-t-il indiqué.

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment