Convoi militaire toujours bloqué au Burkina : « La France n’est pas notre ennemie »

Alpha Barry, ministre en charge des affaires étrangères, de la coopération, de l’intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur, a animé un point de presse sur la situation du convoi militaire français au Burkina Faso, ce mercredi 24 novembre 2021 à Ouagadougou.

« La France est un partenaire important du Burkina Faso. Tout ce qui passe ici, c’est avec l’accord des autorités burkinabè. C’est un convoi habituel et régulier. Je demande à la population de rester calme et d’avoir confiance aux autorités », a lancé le Ministre Alpha Barry.

« Le convoi militaire français est toujours sur le territoire burkinabè. Nous travaillons à ce que le convoi puisse atteindre Gao », a-t-il informé. Sur l’attaque du détachement d’Inata, le ministre a confié que « nous avons bénéficié du soutien de la France ». Et d’ajouter que le G5 Sahel intervient dans des espaces précis.

« Ce n’est pas la première fois qu’un convoi militaire français traverse notre pays. Dans l’année, il passe régulièrement des convois et cela se fait dans le cadre de l’accord que nous avons entre nos deux pays. Et le dernier accord date de décembre 2018 qui concerne les éléments des forces armées française au Burkina Faso et au Sahel. La France est un pays ami et partenaire qui intervient régulièrement aux coté de nos forces armées nationales. Il ne faut pas qu’on se trompe. Tout ce qui passe ici, passe avec l’accord de nos forces armées. Le convoi était escorté par la gendarmerie nationale. C’est un convoi régulier, habituel. Nous comprenons la colère de certaine population en ce moment au regard de la dégradation de la situation sécuritaire dans notre pays. Je voudrai en appelé à la compréhension des uns et des autres, demander aux populations de demeurer calme face à cette situation qui est gérée au plus haut niveau par les autorités de ce pays. Il ne faut pas qu’on se trompe d’ennemie. La France n’est pas notre ennemie. La France est un pays allié dans la lutte contre le terrorisme », a indiqué le ministre en charge des affaires étrangères.

Par ailleurs, la coupure de l’Internet mobile, a-t-il rassuré, n’est aucunement liée au passage du convoi militaire français.

Jules César KABORE

Burkina 24

Related posts

Leave a Comment