Contrebande de cigarettes au Sahel : Apollinaire Compaoré n’est pas mêlé selon le rapport final des experts de l’ONU

En février 2019, dans un rapport à mi-parcours dans sa rubrique « commerce irrégulier et trafic de cigarettes », le groupe des experts de l’ONU pour le Mali avait mentionné le nom de SOBUREX. C’est l’entreprise de l’homme d’affaires burkinabè Apollinaire Compaoré. Il est accusé d’être mêlé « dans une activité de trafic illicite de cigarettes alimentant des groupes terroristes ». Ceci, avec la marque de cigarette American Legend. l’ONG Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP) des médias ont fait l’écho de cette situation, accusant le chef du patronat burkinabè de connexion avec des groupes djihadistes. C’est une chose que ce dernier a toujours nié. Finalement, le dernier rapport du groupe des experts de l’ONU publié le 6 aout 2021 semble lui donner raison.

Rebondissement dans l’affaire de trafic illicite de cigarettes alimentant des groupes terroristes au Sahel. Pour cause, l’homme d’affaires burkinabè Apollinaire Compaoré accusé d’y être mêlé a été blanchi. C’est le rapport final du groupe des experts de l’ONU pour le Mali qui en parle. Dans le document de 92 pages que Lefaso.net a pu consulter, à la page 77, au niveau des annexes, l’homme d’affaires burkinabè est rétabli dans ses droits. Ainsi, le rapport final des experts rejette le contenu de la publication de l’OCCRP qui affirme que c’est le rapport de l’ONU, notamment les experts, qui ont taxé Apollinaire Compaoré de « contrebandier ».


 


Le rapport final a tenu expressément et sans équivoque à indiquer qu’ils n’ont jamais qualifié Apollinaire Compaoré de contrebandier. Toutefois, il souligne que les produits de SOBUREX ont pu malencontreusement tomber entre les mains de personnes qui pratiquent la contrebande. Ce qui écarte tout de même Apollinaire Compaoré de tout lien avec des groupes terroristes.

Un autre élément, les experts ont tenu à faire une rectification en expliquant qu’en lieu et place du mot « contrebande », que certains écrits leur attribuent, ils ont plutôt parlé de « la conformité légale de SOBUREX, permettant la poursuite du transfert des cigarettes vers Markoye ».

Cela signifie que l’activité de transport (transit) des produits de SOBUREX vers l’entrepôt sous douane de Markoye est conforme et légale. Le rapport note néanmoins quelques imperfections mineures. La bonne foi de l’homme d’affaires a contribué également à le disculper.


 


En effet, sur les documents douaniers qui accompagnaient le transit des marchandises de SOBUREX en 2018, le transitaire de SOBUREX a marqué par erreur des pays étrangers comme destination des produits. Pourtant, normalement il fallait tout simplement indiquer l’entrepôt sous douane de Markoye en territoire du Burkina Faso. À la suite des explications qui ont été fournies aux experts, le rapport final a convenu qu’il s’agissait vraiment d’une erreur de la part du transitaire. Ce qui signifie que la régularité des activités de SOBUREX n’est pas mise en cause.

Le rapport final fait remarquer aussi que l’un des maliens reconnu par l’ONU comme terroriste et chez qui des lots de cigarettes American Legend ont été saisis, n’a finalement aucun lien ni avec SOBUREX, ni avec Apollinaire Compaoré. Si ce malien a pu obtenir des cigarettes American Legend provenant de SOBUREX, cela a dû se faire par des manœuvres officieuses, dont lui seul connaît les secrets. Il ne s’agit donc pas d’un partenaire officiel de SOBUREX. Est-ce la fin d’une saga ? Wait and see. Notons que sur la base des accusations de connivence avec des groupes terroristes, une organisation de la société civile avait déposé plainte au tribunal.


Rapport final du Groupe d’experts créé en application de la résolution 2374 (2017) du Conseil de sécurité


Synthèse : Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment