Conseil des ministres : Environ 180 milliards de Fcfa pour le bitumage et la réhabilitation du réseau routier

Le traditionnel Conseil des ministres s’est tenu, ce mercredi 19 juin 2019, sous la présidence du chef de l’État, Roch Marc Christian Kaboré.

Au sortir de la rencontre, le ministre porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou était accompagné de son collègue en charge des Infrastructures, Éric Bougouma, pour un bref compte-rendu aux hommes de médias.

Pour l’essentiel, l’on retiendra :
Au titre du ministère de la Sécurité, le Conseil a adopté un décret portant modalités, critères d’évaluation et d’avancement du personnel du cadre de la police nationale.

Au département de la Santé, le Conseil a adopté un rapport relatif à la situation financière du centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo. Pour ce faire, le Conseil a approuvé un plan de redressement d’urgence dudit hôpital concernant notamment la question de règlement des dettes.

Pour ce qui est du département en charge de l’Economie, il a été présenté au Conseil, un rapport relatif à la stratégie d’extension du Programme d’urgence pour le Sahel (PUS) pour la période 2019-2021. Lequel programme concernera désormais 106 communes avec plus d’axes d’intervention.

Quant au ministère en charge des Infrastructures, le premier responsable, Eric Bougouma, a présenté un vaste programme de bitumage et de réhabilitation de routes dont le montant avoisine 180 milliards de FCFA.
Il s’agit de 14 projets concernant Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et bien d’autres axes routiers importants du Burkina Faso.

Par ailleurs, Rémis Dandjinou a rapporté une information émanant du ministre en charge de la Défense nationale faisant état de ce que, dans la nuit du 18 juin 2019, une attaque terroriste a été perpétrée par un groupe armé dans le département de Tongomayel. Laquelle attaque, dit-il, a ciblé les populations civiles et fait 17 victimes.

Le porte-parole du gouvernement a présenté les condoléances du gouvernement aux familles endeuillées et indiqué que des opérations de ratissage sont menées afin de trouver les auteurs de cette barbarie.

Répondant aux préoccupations des hommes de médias, le ministre Dandjinou a rassuré que le déplacement des Burkinabè ne relève aucunement d’une perte de contrôle d’une quelconque partie du territoire burkinabè. Bien au contraire, ajoute-t-il, les forces de défense et de sécurité sont permanemment engagées pour la patrie et son intégrité.

DCPM/Ministère de la Communication
et des relations avec le Parlement

Related posts

Leave a Comment