Coalition syndicale : Une grève générale prévue les 8 et 9 juillet 2020.

Le samedi 4 juillet 2020, au cours d’un meeting à Ouagadougou, la coalition syndicale a dénoncé la lutte contre la baisse du pouvoir d’achat, pour les libertés et la bonne gouvernance. Au milieu des centaines de travailleurs mobilisés à la bourse du travail, la coalition a annoncé une grève générale les 8 et 9 juillet 2020.

« Nous défendons des valeurs, on ne lutte pas pour l’argent » a lancé Bazolma Bazié alors qu’il plantait le décor de la mobilisation. Pendant qu’il invitait ses camarades à la lutte pour les valeurs que la coalition syndicale défend depuis des lustres, Bazolma Bazié a exhorté la foule à se tourner vers l’histoire.

Pour lui, l’histoire a toujours raison et comme une interpellation, lorsqu’il se préparait à la lecture de la déclaration de la coalition syndicale, on pouvait l’entendre dire : « Il faut tirer les leçons de l’histoire. La lutte pour la démocratie, contre la corruption sera victorieuse ».

Une lutte que la coalition entend engagée contre le gouvernement qui a refusé de prendre en compte la plateforme revendicative, dont le contenu avait été annoncé , le 18 juin 2020 se résume comme suit : « l’arrêt du pillage du patrimoine national, l’annulation du prélèvement de l’IUTS sur les primes et indemnités des travailleurs du privé, le respect des libertés, la lutte contre la vie chère, du parapublic et du public et le dernier point a trait à la promotion de la bonne gouvernance ».

Un refus du gouvernement que Bazolma Bazié justifie comme « une atteinte aux acquis des travailleurs, dont la seule solution selon lui, reste « la lutte ». Cette lutte, selon les explications doit se mener contre l’hypocrisie du gouvernement et contre sa démagogie.

Mais de façon pratique, lorsqu’il lisait la déclaration de la coalition syndicale, Bazolma Bazié a exigé la levée sans délai des sanctions contre les travailleurs des agents de la RTB et de Sydwaya. Pour lui, ce ne sont pas les travailleurs qui pillent le pays, mais la haute hiérarchie politique. A ce sujet, il a lancé « Il apparaît clairement aujourd’hui que ceux qui pillent et qui volent le peuple se recrutent essentiellement au sein des dignitaires du pouvoir »

Alors que les différents leaders syndicaux de chaque ministère faisaient des défilés pour expliquer les défis liés à leur secteur, Aboubakar Sanfo , secrétaire général adjoint du syndicat national des travailleurs de l’information et de la communication ( SYNATIC s’était invité au podium. En lançant « halte à la cabale contre travailleurs des médias ». Celui-ci a dénoncé les affectations arbitraires dont sont victimes les journalistes du public. Il a expliqué que parmi les agents affectés figuraient les « défunts ».

Mais aussi, la pression exercée par le DG de la RTB, Pascal Thiombiano sur les journalistes en lutte. A ce sujet, Aboubakar Sanfo a invité les journalistes à la mobilisation tout en avertissant les responsables des médias publics de toute tentative de « museler le liberté de parole ».

Parlant des conditions de vie et de travail des travailleurs des médias du privé, le SG-adjoint Aboubakar Sanfo a expliqué que ceux-ci travaillent dans des conditions difficiles. Selon lui, ces difficiles conditions ont poussé les journalistes à organiser une conférence de presse sous la coupole de l’Association des journalistes du Burkina(AJB) pour réfléchir quant à la lutte à mener et l’avenir des journalistes du privé.

Aboubakar Sanfo a déclaré que cette prise de conscience des journalistes du privé a créé la peur et la panique au sein des patrons presse qui ne respectaient pas la convention collective. Selon les propos de Aboubakar Sanfo, certains patrons ont exercé la pression sur les journalistes de certains médias du privé.
Tout en invitant les travailleurs des médias privés à la mobilisation aux côtés de la coalition syndicale, celui-ci a lancé : » Nous mettons en garde les patrons qui vont tenter de se mettre sur la route des travailleurs en lutte pour les meilleures conditions de vies ».

E.K.S
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment