Circulation des poids lourds à Ouagadougou : Les chauffeurs routiers demandent l’accès à la Circulaire

Depuis ce 20 mai 2019, de nombreux camions poids lourds sont stationnés aux différentes entrées de la ville de Ouagadougou, en application de l’arrêté portant règlementation de la circulation de ces types de véhicules dans la commune de Ouagadougou. Les chauffeurs routiers ont exprimé ce mardi 21 mai 2019 leurs doléances au bourgmestre.

Des camions en provenance des principaux axes routiers du Burkina Faso sont stationnés aux entrées de la capitale. D’aucuns qualifieront cette situation de mouvement d’humeur ou de grève des chauffeurs routiers. Pour ces derniers, il s’agit plutôt d’un respect de l’arrêté portant règlementation de la circulation et du stationnement des véhicules poids lourds dans la commune de Ouagadougou. Selon les explications de Tasséré Ouédraogo, secrétaire général de l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB), « nous respectons l’arrêté. C’est pourquoi nous avons garé depuis hier et on n’est pas entré dans la ville ».

Mais si cette situation laisse entrevoir quelques tensions, l’UCRB rassure. Surtout, la rencontre entre le premier responsable communal Armand Beouindé et les transporteurs et chauffeurs routiers a permis d’exprimer les attentes des deux parties. Les chauffeurs routiers eux demandent l’accès au boulevard des Tansôba communément appelé « Circulaire ». Pour Tasséré Ouédraogo, « notre pays est un carrefour. Presque tous les pays limitrophes y passent. Nous avons souhaité que la Circulaire soit dégagée et que les camions en transit puissent passer librement et que ceux qui doivent s’arrêter à Ouaga-Inter le fassent ».

En effet, conformément à l’arrêté du 7 mai 2019, la circulation sur le boulevard des Tansôba est interdite aux véhicules poids lourds à certaines heures de la journée. Elle y est autorisée entre 22 h et 5 h du matin.

L’arrêté est entré en vigueur dès la date de sa signature. Et certains chauffeurs ont déjà reçu des contraventions, nous apprend le secrétaire général de l’UCRB. Tout en expliquant leur disponibilité à l’application de l’arrêté, les chauffeurs restent stationnés sur les carrefours. « Si on nous accorde l’accès à la Circulaire, les camions vont recommencer à rouler », a conclu Tasséré Ouédraogo.
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment