Chemin de fer Ouaga-Téma : Les lignes bougent avec le lancement d’une des étapes majeures

Le ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, Vincent T. Dabilgou, a officiellement lancé, lundi, 4 février 2019, l’étude de matérialisation du profil en long de la ligne du chemin de fer Ouaga-Tema. Cette importante infrastructure de transport, qui va relier le Burkina et le Ghana, connaît ainsi un grand pas avec cette déterminante étape.

Pour mémoire, en mai 2017, le président de la République du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, effectuait une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou. En septembre 2018, le président du Faso, Roch Kaboré, en faisant autant à travers un séjour à Accra. Ces deux visites ont eu des retombées importantes, dont la relance du projet d’interconnexion ferroviaire entre les deux pays qui date de 2004.

La cérémonie de lancement a enregistré la présence de plusieurs membres du gouvernement, d’anciens ministres en charge des Transports et de l’ambassadeur du Ghana au Burkina

Ainsi, le 25 juillet 2018, le Ghana a lancé les travaux du chemin de fer Accra-Ouagadougou, dans la partie qui le concerne. Avec le démarrage de cette importante étape consacrée à l’étude de matérialisation du profil en long de son tracé, on peut dire que du côté burkinabè, les choses avancent aussi.

L’étude a été confiée au consortium « Team Engineering/Vision Consult » pour un délai d’exécution de huit mois.

Le ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, Vincent T. Dabilgou, qui a loué les mérites de ce projet, a relevé à titre d’exemple qu’il fera du Burkina, un véritable pays de transit pour le Mali et le Niger.

« Le rail en Afrique, au-delà du grand enjeu économique qu’il représente, est devenu, de l’avis de nombreux experts, un enjeu social d’intégration entre les peuples et un enjeu de mobilité et de civilisation tout court. Ainsi, de nombreuses agences de systèmes de transports ferroviaires et collectifs partout dans le monde se voient confrontées à d’énormes pressions pour consolider, moderniser, construire des infrastructures et améliorer leurs services ferroviaires. C’est cette vision du monde en ébullition qui a décidé et qui a engagé les présidents du Burkina Faso et du Ghana à conjuguer leurs efforts dans un projet pour réaliser un chemin de fer pour non seulement favoriser le brassage de leurs peuples déjà unis par les liens multiséculaires sur le plan historique et géographique, mais aussi pour renforcer leurs échanges et booster leurs économies », lit-on dans le dossier de presse.

C’est également en regard de ces enjeux, que le consortium « Team Engineering/Vision Consult » est invité à exécuter la mission avec la plus grande rigueur professionnelle ; le projet étant attendu par les populations des deux pays.

Au Burkina, cette voie qui part de Ouagadougou va traverser huit localités, à savoir Kombissiri, Manga, Béguédo, Garango, Tenkodogo, Bagré, Zabré et Pô, avant la partie ghanéenne.

OO
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment