CDP : Mahamadi Kouanda perd son procès contre Eddie Komboïgo

Fin de l’épisode judiciaire au Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), avec le verdict dans l’affaire opposant Mahamadi Kouanda au président du parti, Eddie Komboïgo, portant demande d’annulation de l’investiture de ce dernier comme candidat à la présidentielle de novembre 2020. Le tribunal a rendu son verdict ce mercredi 23 septembre 2020, déboutant Mahamadi Kouanda de sa requête.

Par cette action, Mahamadi Kouanda et huit autres demandaient l’annulation du procès-verbal de désignation d’Eddie Komboïgo comme candidat du parti à l’élection présidentielle du 22 novembre prochain.

Le dossier a ainsi été appelé au rôle pour la première fois, le 12 août 2020, avant de se voir renvoyer au 26 août, sur demande des avocats de la direction politique du CDP. C’est finalement le 9 septembre 2020 que les parties ont pu se confronter devant le tribunal. Rendez-vous était donc pris pour la matinée de ce mercredi 23 septembre au Tribunal de grande instance de Ouagadougou, pour le délibéré. Si Mahamadi Kouanda était présent au tribunal, Eddie Komboïgo, lui, était représenté par des proches collaborateurs, Yasser Adama Ouédraogo, deuxième secrétaire adjoint chargé des affaires juridiques et du contentieux, et Issa W. Gandéma, premier secrétaire général adjoint du parti.

Plus tard dans la journée, le président du CDP, Eddie Komboïgo, a néanmoins réagi à ce verdict qui, à l’en croire, n’a pas surpris la direction politique du parti.

« Le tribunal a reçu la plainte de sieur Mahamadi Kouanda et autres, mais vous avez constaté que parmi ceux qui avaient signé pour se plaindre, il y avait madame Kadidiata Korsaga, qui s’est désistée parce qu’elle dit qu’elle ne savait même pas que c’était pour aller déposer une plainte. Donc, le tribunal a pris acte de son désistement et a certainement débouté ceux qui accompagnaient Mahamadi Kouanda dans sa plainte pour défaut de qualité (seul Mahamadi Kouanda était candidat aux primaires du parti pour la présidentielle). Le tribunal a également débouté Mahamadi Kouanda pour n’avoir pas épuisé les démarches internes du parti avant de se pourvoir en justice. Nous avons des statuts et un règlement intérieur qu’il faut respecter. Nous avons compris que la démarche de Mahamadi Kouanda en justice, c’était juste pour bloquer…, mais les juges ne sont pas dupes, ils ont dit : vous êtes un parti, retournez dans votre parti et résolvez votre problème en interne. La justice nous a donc donné raison et nous devons poursuivre notre compétition comme telle. Je pense que ceci met également fin à toutes les supputations, les injures, etc. », a exprimé M. Komboïgo.

Eddie Komboïgo prêche l’union au sein de son parti pour relever les défis auxquels fait face le pays.

« Celui qui n’est pas content au CDP a une voie de recours interne »

Selon le président du CDP, cette décision vient donc rassurer l’ensemble des militants que la direction ne pose pas d’actes anti-statutaires et n’est contre personne. Il pense que l’intention de Mahamadi Kouanda était plutôt de nuire au parti, plutôt que de résoudre un problème. « Nous ne pensons pas que la solution du fonctionnement d’un parti relève forcement de la justice, qui est là également pour dire le droit. (…). Celui qui n’est pas content au CDP a une voie de recours interne, et c’est ce que nous disons de faire », brandit-il. Tout en soulignant qu’il ne remet pas en cause les compétences de Mahamadi Kouanda, il préconise la résolution des problèmes à l’interne. Il pense que c’est agaçant, même pour l’opinion, de voir que c’est le même demandeur qui revient chaque fois pour attaquer le parti en justice.

« Notre souci aujourd’hui, c’est de mobiliser pour les élections à venir »

Pour le candidat à la présidentielle de novembre 2020, il faut poursuivre sereinement la mobilisation en vue des joutes électorales. « Notre souci aujourd’hui, c’est de mobiliser pour les élections à venir, parce que le Burkina Faso va mal : il y a l’insécurité, des pertes en vies humaines et c’est triste pour nous. L’économie a plongé…, ça ne va pas, partout tous les opérateurs économiques se plaignent, le chômage s’est accru ; les jeunes, les femmes, rien ne va. Chaque jour, il y a des grèves, l’absence de dialogue entre le gouvernement ses partenaires sociaux, etc. (…). Sur le plan international, la diplomatie ne brille plus comme il se devait. C’est ce qui nous préoccupe, c’est comment réparer tout cela, après cinq ans de forfaiture, de gouvernance de Roch Kaboré. Nous rassemblons les forces et allons à la conquête du pouvoir, en espérant que le peuple burkinabè nous fasse confiance, que nous puissions apporter un changement qualitatif à notre pays », a ajouté Eddie Komboïgo.

Mahamadi Kouanda (à droite) à la sortie du verdict

Mahamadi Kouanda, lui, n’a pas souhaité réagir à la décision. Face à la sollicitation de journalistes, il a simplement promis de leur revenir « dès que prêt ». Relevons également que la décision est susceptible d’être attaquée par le perdant.

En attendant de savoir quelle suite sera donnée à la décision par Mahamadi Kouanda, rappelons que depuis le dernier congrès du CDP, en mai 2018, Mahamadi Kouanda a maille à partir avec la direction politique de son parti (dont il est le secrétaire chargé des relations avec les communautés coutumières et religieuses) et son président, Eddie Komboïgo. Ce qui s’est traduit par plusieurs actions en justice contre le parti. Pas plus tard que le 15 septembre 2020, la justice rendait une décision ordonnant à M. Kouanda, la cessation de l’utilisation de l’identité du parti. Le samedi, 21 septembre 2019, la justice, statuant en référé, déboutait Mahamadi Kouanda et plusieurs autres de leur requête de suspendre les activités du parti, dont le congrès extraordinaire du dimanche 22 septembre 2019.

O.L.O
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment