Vœux de l’UPC : Le PPR répond aux « propos démagogiques » de Zéphirin Diabré

En tant que parti membre de l’Alliance des partis de la majorité Présidentielle (APMP) et usant de son droit de réponse, voici la réaction du Parti du peuple républicain (PPR) aux propos tenus par le président de l’UPC lors de la cérémonie de présentation des vœux des militants du parti le 12 février 2019. « Le 12 février 2019, le président de l’UPC a reçu les vœux des militants de son parti. Il a profité de cette cérémonie pour entrer en campagne pour l’élection présidentielle de 2020. Les militants de l’UPC…

Lire la suite

Assemblée nationale : Alassane Sakandé promet un siège flambant neuf pour le Chef de file de l’opposition

Le président du parlement burkinabè, Alassane Bala Sakandé, a visité dans la matinée du jeudi 14 février 2019, les sièges de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) et du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Une visite à l’issue de laquelle il a annoncé la construction d’un nouveau siège pour le Chef de file de l’opposition politique. Au siège de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), Alassane Bala Sakandé a eu plus d’une heure d’échanges avec le staff du parti du lion, conduit par…

Lire la suite

« Nous demandons la mise en place d’une commission d’enquête sur les génocides de Yirgou et de Kaïn » (coordonnateur du CED, Pascal Zaïda)

A la suite de plusieurs autres organisations, les responsables du Cadre d’Expression démocratique (CED) se sont prononcés sur l’actualité nationale, à travers notamment les évènements de Yirgou et de Kaïn. Les dirigeants de l’organisation, avec à leur tête, le coordonnateur, Pascal Zaïda, ont dénoncé la dégradation du tissu social, qu’ils imputent au régime MPP. C’était au cours d’une conférence de presse animée ce mercredi, 13 février 2019 à Ouagadougou. Dès l’entame de la conférence de presse, Pascal Zaïda a rappelé que le 30 juin 2018, son organisation avait adressé un…

Lire la suite

Burkina: le Premier ministre prononcera sa déclaration de politique générale le lundi 18 février

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré va prononcer ce lundi 18 février 2019 à 10 heures sa déclaration de politique générale devant l’Assemblée nationale réunie pour la circonstance en session spéciale.   Cette déclaration de politique générale est une prescription constitutionnelle et est suivie d’adoption ou non par les députés. En effet, l’article 63 de la Constitution indique que « dans les trente jours qui suivent sa nomination, le Premier ministre doit faire sa déclaration de politique générale devant l’Assemblée nationale. Cette déclaration est suivie de débats et donne lieu à…

Lire la suite

Burkina Faso: Le Chef de file de l’Opposition politique recoit la visite de l’Ambassadeur du Canada

Le Chef de file de l’Opposition politique, Monsieur Zéphirin DIABRE, a reçu en audience ce 13 février 2019, l’Ambassadeur du Canada au Burkina Faso, Son Excellence Edmond R. Dejon WEGA. Après une heure et quart d’entretien, le diplomate canadien a confié à la presse qu’il s’agissait d’une rencontre de courtoisie. A l’occasion de ladite rencontre, a-t-il précisé, il a réitéré l’importance de la démocratie pour les deux pays, l’attachement du Canada au processus de développement du Burkina Faso et l’accompagnement du Canada dans plusieurs domaines. L’Ambassadeur a également indiqué que son…

Lire la suite

Sénégal : débat inédit entre les candidats à la présidentielle… sans Macky Sall

Pour la première fois dans l’histoire électorale du Sénégal, les candidats d’une élection présidentielle se retrouveront sur un même plateau pour confronter les différents axes majeurs de leurs programmes de campagne. L’initiative partie des réseaux sociaux, prendra forme le jeudi 21 février en simultané sur une chaîne de télévision, une radio et un site internet. Mais ce sera sans le président sortant Macky Sall. Jeudi 21 février, tous les regards au Sénégal seront probablement braqués sur la chaîne de télévision 2STV, la station FM IRadio et le site web Seneweb.…

Lire la suite

Sénégal : arrestations et saisie d’armes après des violences électorales mortelles

La gendarmerie sénégalaise a arrêté plus de 20 personnes et saisi des armes après la mort lundi de partisans du parti au pouvoir dans des heurts avec ceux de l’opposition, à moins de deux semaines de l‘élection présidentielle, a-t-on appris mardi de sources concordantes. Les heurts à Tambacounda, à 420 km à l’est de Dakar, entre partisans du président Macky Sall et d’Issa Sall, candidat du Parti de l’unité et du rassemblement (PUR), proche de la mouvance religieuse, ont fait au moins deux morts, les premiers signalés dans des violences…

Lire la suite

« Jamais dans l’histoire de notre pays, un régime n’a versé la figure du Burkina par terre comme le fait le régime actuel » (Zéphirin Diabré, président de l’UPC)

C’est sur fond de critiques de la situation nationale, que les militants de la première force de l’opposition politique, l’Union pour le progrès et le changement (UPC), ont présenté les vœux de nouvel an au président de leur parti. C’était dans l’après-midi du mardi 12 février 2019 au siège national du parti, sis au quartier Gounghin, à Ouagadougou. Ils étaient nombreux les militants à prendre d’assaut la cour du siège national de l’UPC pour sacrifier à cette tradition de présentation de vœux. La cérémonie s’est voulue sobre, contexte national oblige,…

Lire la suite

En Suède, les dreadlocks d’une ministre défrisent la chronique

Amanda Lind, qui détient le portefeuille de la culture, est critiquée pour son CV de militante… et sa coiffure rasta. D’aucuns parlent même d’appropriation culturelle.    Quatre mois et demi que les Suédois attendaient la formation d’un gouvernement, depuis les législatives du 9 septembre 2018. Quatre mois et demi de tractations et d’incertitude, sous la menace d’élections anticipées. Et au bout du compte : on prend les mêmes et on recommence. A une exception près, avec la nomination d’une nouvelle ministre de la culture et de la démocratie, Amanda Lind,…

Lire la suite

Assemblée nationale : après sa démission, voici le nouveau salaire de Guillaume Soro

Après sa démission au poste de président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro semble ne pas être un chômeur comme les autres. Le désormais ex-président du parlement ne s’en sort pas bredouille. Guillaume Soro va couter la somme de 24 millions de FCFA par mois à l’Etat.   Comme prévoit l’article de la loi N°2005-201 du 16 Juin 2015 portant statut d’ancien Présidents de la République, d’ancien chef ou président d’institution nationale et d’ancien membre du gouvernement, Guillaume Soro ne sera pas un vulgaire chômeur. L’ex-président de l’Assemblée nationale…

Lire la suite