Carlos Ghosn: le tribunal autorise la prolongation de la garde à vue jusqu’au 14 avril

Arrêté à nouveau ce jeudi 4 avril à Tokyo pour des soupçons de transferts de fonds chez Nissan, Carlos Ghosn restera en garde à vue au moins jusqu’au 14 avril.

Le tribunal de Tokyo a autorisé vendredi la prolongation de la garde à vue de Carlos Ghosn jusqu’au 14 avril, au lendemain de son arrestation à son domicile sur de nouveaux soupçons de malversations financières.

Le parquet a déposé vendredi une requête qui a été approuvée, a annoncé le tribunal dans un bref communiqué.

Après avoir passé plus de 100 jours en détention au Japon, l’ancien patron de Renault-Nissan a été à nouveau arrêté ce jeudi 4 avril au matin.

Déjà sous le coup de trois inculpations pour déclarations inexactes de revenus sur les années 2010 à 2018, dans des documents remis par Nissan aux autorités financières, et pour abus de confiance, M. Ghosn est désormais sous la menace d’une quatrième mise en examen.
    
Le parquet le soupçonne d’avoir transféré des fonds de Nissan, pour un total de 15 millions de dollars entre fin 2015 et mi-2018, à une société « de facto contrôlée par lui ».

Un yacht et un investissement pour son fils

Sur cette somme, 5 millions ont été détournés, a précisé le bureau des procureurs dans un communiqué. « Le suspect a trahi sa fonction (de patron de Nissan) pour en tirer des bénéfices personnels », a-t-il souligné. 

Selon une source proche du dossier, le procédé a débuté dès 2012, portant sur une somme totale de plus de 30 millions de dollars versée à un distributeur de véhicules Nissan à Oman, montants dont une partie lui serait revenue indirectement.

Il aurait notamment acheté un yacht et investi dans une société dirigée par son fils aux États-Unis. Des flux financiers similaires ont été signalés la semaine dernière par Renault à la justice française, à l’issue d’une enquête interne du constructeur qui s’interroge aussi sur des dépenses opaques au sein de la filiale commune avec Nissan, RNBV, basée aux Pays-Bas.

Une enquête a déjà été ouverte sur le financement du mariage de Carlos Ghosn au château de Versailles en octobre 2016. Au Japon, la date du procès n’a pas été fixée. Ses avocats ont déposé cette semaine une requête au tribunal pour que l’ex-patron soit jugé séparément de Nissan, qui, bien qu’étant aussi inculpé sur un des volets, « a pris depuis le début le parti des procureurs », selon Me Hironaka. 


https://www.bfmtv.com/

Related posts

Leave a Comment