Campagne électorale 2020 : L’éléphant barrit à Ouagadougou

C’est par la capitale que l’Alliance pour la démocratie et la fédération/rassemblement démocratique africain (ADF/RDA) a choisi d’ouvrir officiellement la campagne, présidentielle et législative, du 22 novembre 2020. Après une conférence de presse de présentation de son projet de société, dans la matinée du samedi 31 octobre 2020, le candidat du parti, Gilbert Noël Ouédraogo, a animé, dès l’après-midi, un meeting dans l’arrondissement N°8 (dans la partie sud de la capitale).

C’est dans une ambiance d’effervescence que le candidat de « l’éléphant » a décliné son ambition pour le Burkina.
« Pour l’unité, pour la patrie, pour la nation de la nouvelle espérance » est l’intitulé de son projet de société, chiffré à 17 600 milliards FCFA (avec 70% de ressources internes et 30% d’apports externes). Pour l’ADF/RDA, il y a suffisamment de ressources pour amorcer le développement du pays.

Dans une première partie, le candidat fait un diagnostic de la situation du pays avant de décliner, dans une deuxième partie, les « actions fortes » qu’il entend mettre en œuvre, s’il accède au pouvoir. Cette deuxième partie est, elle-même, subdivisée en deux sous-points avec en premier volet, les « actions pragmatiques pour une gouvernance vertueuse » et dans le second volet, les actions pour un développement harmonieux du Burkina.

S’affichant comme candidat du rassemblement, Gilbert Noël Ouédraogo se veut aussi un homme de la rupture d’avec le passé et d’un espoir nouveau pour le pays.
Les grands chantiers de son quinquennat (2021-2025) sont la sécurité, la santé, l’éducation et l’emploi, identifiés comme actions prioritaires. Le candidat envisage également un gouvernement rationnel, avec 25 ministres (tenant compte du quota de 30% de femmes), posé sur les valeurs de la performance, de la gestion vertueuse, de l’exemplarité…

Gilbert Noël Ouédraogo avec à sa droite, le directeur national de campagne, Abdul Karim Sinaré, et la secrétaire générale du parti.

L’avocat prône également un « gouvernement inclusif », c’est-à-dire faire appel à toute compétence capable de servir le pays, sans considération politique ou d’origine. C’est pourquoi envisage-t-il, dans ses repères de gouvernance, la valorisation du mérite et de la performance.

Face aux militants et sympathisants mobilisés pour ce meeting inaugural, le candidat Gilbert Noël Ouédraogo a marqué un regret pour la situation du pays, énumérant l’insécurité, les déplacés, une ‘’économie en berne’’, le chômage des jeunes, etc. Selon le président du réseau libéral africain, le Burkina est à la croisée des chemins ; il a donc besoin d’un patriote, capable de le sortir de la situation actuelle, convainc-t-il.

L’arrivée du candidat sur le lieu du meeting

« Souvenez-vous du choix que vous avez fait, il y a cinq ans. Souvenez-vous également que le choix que vous allez faire le 22 novembre, c’est pour cinq ans », avertit le président de l’ADF/RDA, Me Gilbert Noël Ouédraogo.

« Ne vous laisser pas berner par les sacs de riz et les transferts d’argent, il faut faire le bon choix, le choix qui va sortir le pays de cette situation difficile. Ce choix, c’est l’ADF/RDA, le parti qui s’est battu pour l’indépendance des pays africains », lance le candidat, Gilbert Noël Ouédraogo.

O.L

Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment