Burkina/TNT : Un plaidoyer des télé pour une baisse de la redevance de couverture

Le comité de pilotage de la télévision numérique terrestre avec à sa tête le premier ministre a rencontré les représentants de l’union Burkinabé des éditeurs de service presse le mardi 10 mars 2020. Le but de la rencontre était de présenter le mémorandum sur la redevance de la couverture TNT, et d’échanger sur la tarification adoptée.

Le processus de diffusion des médias audiovisuels en version numérique terrestre est effectif sur l’étendue du territoire burkinabé depuis novembre 2019. Pour favoriser le bon fonctionnement de la société burkinabé de télédiffusion (SBT), les médias audiovisuels doivent s’acquitter d’une redevance de couverture et de diffusion qui s’élève à 75 millions de francs CFA par ans. Ainsi pour l’union burkinabé des éditeurs de service télé (UBEST), c’est un montant assez élevé. Des dires de Issoufou Saré, président de l’UBEST, un plaidoyer qui prend en compte plusieurs éléments a été fait auprès du premier ministre afin de favoriser une remise sur les trois prochaines années.

« C’est plus une réduction que nous voulons sur les trois prochaines années. Ce que nous avons souhaité, c’est qu’on nous accorde de pouvoir payer 50% des 75 millions la première année, 75% la deuxième année et payer les 100% la troisième année », a-t-il dit.

Selon le porte-parole du premier ministre, Remi Fulgence Dandjinou, un arrêté a été signé sur la redevance qui était de 75 millions par ans, hors taxes. Ainsi de ses dires, quant à la question des modalités de payements de la redevance, des solutions pourraient être envisagées. En ce qui concerne la redevance, il ressort qu’aucune réduction ne sera possible. « Nous allons de même discuter avec le ministère des finances afin de voir comment nous pourront prendre en compte certaines spécificités liés à l’année en cours afin de ne pas pénaliser les acteurs, et à la fin de l’année nous aurons une évaluation pour juger du maintien de la redevance, d’une hausse ou d’une baisse » a-t-il précisé.

Il a souligné qu’au-delà de la redevance de 75 millions, c’est un avantage dans la couverture nationale. « Cela signifie que c’est un nombre réduit des travailleurs dans les médias, moins de frais d’électricité et de construction d’infrastructures ». A-t-il conclut.

Alex SOME

(Stagiaire)

Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment